Les Américains ont pris quelques instants pour explorer le Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac en amorçant un séjour de deux jours dans la région de leurs ancêtres.

Les Bolduc, Roberge, Vigeant...

C'est avec l'espoir d'en connaître davantage sur leurs origines que des Américains du Midwest sont débarqués mercredi à Trois-Rivières. Pendant deux jours, les Bolduc, Roberge, Vigeant et Brouillard du Nord Dakota et du Minnesota vont profiter de l'encadrement offert par la Société de généalogie du Grand Trois-Rivières pour avancer leurs recherches sur le vécu de leurs ancêtres.
C'est le cas de Michelle Bolduc qui, née en Californie, a grandi au Minnesota. S'il s'agissait de sa première visite au Québec, ses grands-parents étaient déjà venus à Rivière-du-Loup dans les années 50-60. Et pour Ramona Charette, du Nord Dakota, sa mère avait aussi un nom de famille francophone, soit Jérôme.
«Nous avons plus en commun que la neige et l'hiver», a lancé la conseillère municipale, Joan Lefebvre, qui leur a souhaité la bienvenue au nom du maire Yves Lévesque. 
Elle a aussi cité Laurence Overmire selon qui la généalogie se souvient de tous alors que l'histoire ne se rappelle que des célèbres.
Le président de la Société de généalogie du Grand Trois-Rivières, Michel Boutin, s'est adressé à la vingtaine de participants américains en se réjouissant ouvertement que les noms francophones aient encore leur résonnance chez nos voisins du Sud.
Partenaire dans ce projet, Virgil Benoit, qui a évoqué Anne Hébert dans son allocution, a présenté les trois étudiants accompagnant la délégation pour perfectionner leur français.
Grâce à la collaboration de Tourisme Trois-Rivières, les Américains ont non seulement pu être accueillis au Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac, mais la visite de différents attraits, combinée à un arrêt au centre de documentation en généalogie de la Société, favoriseront leur quête de réponses par rapport au passé.