Joyce Echaquan est décédée le 28 septembre 2020.
Joyce Echaquan est décédée le 28 septembre 2020.

Les Atikamekw déposent le Principe de Joyce aux gouvernements

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
La Tuque — Près de deux mois après la mort tragique de Joyce Echaquan, le conseil des Atikamekw de Manawan (CDAM) et le conseil de la Nation atikamekw (CNA) ont déposé lundi le mémoire du «Principe de Joyce» aux gouvernements du Québec et du Canada. Les Atikamekw souhaitent que le Principe de Joyce soit adopté afin de faire valoir les droits des Autochtones en matière de santé et de services sociaux.

«La nation atikamekw presse les gouvernements d’agir. Ils doivent prendre les moyens nécessaires pour amener des améliorations au système de santé et de services sociaux. […] Les tristes événements sont encore frais dans la mémoire du mari de Joyce. Il est très courageux de participer activement à ce mémoire», insiste le chef de la communauté atikamekw de Manawan, Paul-Émile Ottawa.

Le Principe de Joyce est une initiative qui a été mise en place à la suite du décès de la mère de sept enfants il y a quelques semaines à l’hôpital de Joliette. 

«Le 28 septembre 2020, ma femme, la mère de mes enfants, nous a été arrachée dans des circonstances inhumaines dont nous avons tous été témoins. La mort de Joyce a été une terrible tragédie pour nos enfants et moi. Je souhaite que les gouvernements du Québec et du Canada adoptent le Principe de Joyce afin que ce terrible évènement ne soit pas survenu en vain, que sa voix sonne le début de réels changements pour tous les Autochtones afin que plus jamais personne ne soit victime de racisme systémique», a déclaré Carol Dubé, conjoint de Joyce Echaquan. 

Carol Dubé, le conjoint de Joyce Echaquan, s’était adressé à la presse peu de temps après les événements survenus à l’hôpital de Joliette

On soutient que le mémoire est un appel à l’action et à l’engagement lancé auprès des gouvernements «afin de faciliter la transition vers des systèmes de santé et de services sociaux plus sécuritaires et exempts de discrimination pour les autochtones» à travers la province et le pays.  

Le Principe de Joyce recommande notamment que le gouvernement fédéral révise son modèle de financement en matière de santé et de services sociaux, en collaboration avec les groupes autochtones. On recommande également au gouvernement du Québec de mettre sur pied un bureau de médiation pour la santé des Autochtones et de financer des campagnes pour sensibiliser la population aux enjeux autochtones.

Le Conseil des Atikamekw de Manawan et le Conseil de la nation atikamekw demandent aux écoles, aux ordres professionnels et aux agences de santé et de services sociaux d’offrir des programmes de formation conformes au Principe de Joyce.

«Les membres de la communauté de Manawan doivent avoir la certitude que nous prenons tous les moyens afin de garantir la sécurité dans le système de santé. En adoptant le Principe de Joyce et en mettant les bonnes personnes aux postes stratégiques, cela constituera un grand pas vers l’établissement de la confiance qui est fondamentale» a affirmé Paul-Émile Ottawa.

«Le gouvernement doit reconnaître le problème et le nommer. Le gouvernement doit se sortir la tête du sable et reconnaître que oui, il y a un problème de racisme systémique», ajoute-t-il.

Le dépôt du mémoire est une étape importante pour la famille de Joyce Echaquan mais également pour la Nation atikamekw, les autochtones, le Québec et le Canada selon le grand chef du CNA Constant Awashish.


« Il appartient maintenant aux gouvernements de démontrer une volonté de changements profonds. »
Constant Awashish, grand chef du CNA

«Il appartient maintenant aux gouvernements de démontrer une volonté de changements profonds. L’adoption du Principe de Joyce devra se faire incessamment. Le monde entier a entendu les cris de Joyce. Tous ont été indignés par la façon dont elle a été traitée et maintenant les yeux sont tournés vers ce que les gouvernements du Québec et du Canada feront pour que Joyce ne soit pas oubliée et pour que de telles situations ne se reproduisent plus», a déclaré le grand chef. 

Le Principe de Joyce sera acheminé directement à d’autres élus, à certains ministères, provinciaux et fédéraux, ainsi qu’à des organisations de la société civile pour considération. 

«Dans le mémoire, il y a des pistes de solution. Il a été fait en consultation avec la population et la famille de Joyce. Ce que l’on retrouve là, ce n’est pas ce que le conseil a en tête, c’est vraiment les préoccupations de la population qui souhaite du changement», indique le chef de Manawan, Paul-Émile Ottawa.

Près de deux mois après la mort de Joyce Echaquan, M. Ottawa observe quelques changements, mais il y a encore des incidents malheureux et il mise beaucoup sur le Principe de Joyce pour faire changer les choses. 

«Il y a encore des événements malheureux. Par contre, des gens nous racontent qu’à l’hôpital Le Gardeur du même CISSS, c’est le jour et la nuit avec l’hôpital de Joliette. Ça rassure les gens d’aller à l’hôpital Le Gardeur.»

Paul-Émile Ottawa est le chef de la communauté atikamekw de Manawan.

Le chef de Manawan indique par ailleurs que la dynamique des relations a beaucoup changé avec le nouveau ministre des Affaires autochtones Ian Lafrenière.

«Je lui ai parlé trois fois la semaine dernière. C’est un homme qui est disponible et j’aime sa façon de travailler. De ce côté-là, il y a une bonne différence», a conclu M. Ottawa.

Le gouvernement Legault a annoncé le 6 novembre dernier une enveloppe de 15 millions $ pour embaucher des agents de liaison et d’autres travailleurs afin d’accompagner les Autochtones dans le système de santé. Le nouveau ministre responsable des Affaires autochtones, Ian Lafreniere, indiquait alors que son gouvernement était «déterminé à changer les choses et à entamer une nouvelle étape dans nos relations avec les Premières Nations et les Inuits».

L’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador a salué l’investissement du gouvernement, mais l’a également exhorté à adopter le Principe de Joyce.

Interrogé sur le Principe de Joyce en conférence de presse, lundi, le premier ministre Legault a déclaré que le Groupe d’action contre le racisme, dont fait partie le ministre Lafrenière, déposerait ses recommandations dans les semaines à venir. Ce comité est formé de députés de la Coalition avenir Québec seulement.

Avec La Presse Canadienne