Afin de souligner les 25 ans de la première édition, le Festival des amuseurs publics revivra l'instant d'une journée, et ce, au grand plaisir de Pierre Catellier, président du comité organisateur; Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières et Josée Rioux, membre du comité organisateur.

Les Amuseurs publics de retour... pour une journée

Alors que les mauvaises nouvelles ont été nombreuses dernièrement pour le bas du secteur Cap-de-la-Madeleine, des anciens organisateurs du défunt Festival des amuseurs publics ont décidé de faire revivre l'événement l'instant d'une journée afin de souligner le 25e anniversaire de sa création.
Comme ce fut le cas pendant quelques jours chaque été entre 1992 et 2013, le parc des Chenaux vibrera au rythme des saltimbanques le 29 juillet prochain. Le comité dirigé par le président fondateur de l'événement, Pierre Catellier, a en effet réussi à attirer une vingtaine d'artistes de la rue pour ce rassemblement qui sera gratuit. Comme c'était le cas dans le passé, la journée se terminera par un spectacle pyrotechnique qui sera présenté autour de l'étang du parc de la rue Fusey.
Même s'ils insistent sur le fait qu'il s'agit d'un événement ponctuel et que rien n'est encore ficelé pour l'avenir, les organisateurs aimeraient bien que le festival renaisse officiellement de ses cendres. Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, partage cette opinion. La Ville a d'ailleurs consenti une aide financière de 7000 $ pour l'organisation de cette journée et offrira un soutien technique.
«J'espère que ça sera plus qu'un clin d'oeil et qu'on gardera les yeux ouverts sur l'avenir. On est là pour vous soutenir. De plus, je suis heureux de voir que vous êtes de retour à la base», a déclaré le maire devant les membres de comité organisateur avant d'ajouter qu'il gardait de bons souvenirs des moments qu'il avait passés avec ses enfants lors des premières éditions de l'événement.
«Cette fois, je vais venir avec mes petits-enfants», a-t-il lancé.
Les propos de M. Lévesque sonnent comme de la musique aux oreilles du président fondateur. Bien qu'il ne faisait plus partie des organisateurs lorsque l'événement, qui portait à ce moment le nom de Comiqu'art, a disparu après l'édition 2013, il a confié avoir été très attristé de voir son bébé s'éteindre. On se rappellera que l'événement se trouvait dans un important gouffre financier qui l'a amené jusqu'à la faillite lors de sa disparition. La Ville avait également perdu plusieurs milliers de dollars.
«Presque à toutes les semaines, il y a des gens qui m'accostent et qui me parlent de ce festival. Ils disent qu'il les a marqués et qu'il leur manque. On s'est donc dit qu'il fallait faire quelque chose pour les 25 ans et qui sait, peut-être que ça sera l'élément déclencheur qui fera en sorte que le public et les partenaires [financiers] nous demandent que l'événement revienne», a-t-il indiqué.
Une programmation relevée
Même s'il s'agira d'un événement plus modeste que les éditions grandioses qui ont attiré jusqu'à 80 000  personnes, la programmation sera d'une grande qualité selon les organisateurs. Plusieurs des artistes qui ont accepté l'invitation des organisateurs, pour un cachet minime pour certains, ont participé à l'une ou l'autre des éditions précédentes. M. René, Clopin et Nono, Patrick Kuffs et Gino Lefakir se produiront notamment au cours de la journée. Fait à noter, chacun des spectacles sera présenté qu'une seule fois. Le tout se déroulera sous un chapiteau en cas de pluie.
«Nous voulons recréer la magie l'instant d'une journée», a mentionné Josée Rioux, qui fait partie du groupe d'organisateurs et qui a été directrice générale de l'événement pendant 16 ans.