Le mauvais état des routes a incité nombre de personnes à rester chez elles, dimanche.

Les activités extérieures boudées ce week-end

Pour la première fois en presque 30 ans, le Carnaval d’hiver du District de La-Vérendrye a annulé les activités prévues dimanche, en raison du vent, de la neige et du froid qui se sont abattus sur la région. La journée de samedi a également été difficile pour l’événement, qui a vu son achalandage diminuer grandement en comparaison avec les années précédentes, ce qui a été le cas de plusieurs autres activités extérieures organisées la fin de semaine dernière.

Vers 10 h dimanche matin, l’Association récréative Sainte-Marguerite a annoncé sur sa page Facebook sa décision d’annuler les activités. Cette décision a été prise avant tout pour des questions de sécurité, indique le président de l’Association et fondateur du Carnaval d’hiver, André Beauchesne.

«C’est un peu avec le cœur déchiré qu’on a décidé d’annuler, souligne-t-il. On est tous et toutes très déçus. C’est la première fois de notre histoire qu’on fait face à une température comme ça.»

La journée aurait toutefois risqué d’être très tranquille, beaucoup de personnes préférant rester à la maison, tel que recommandé par les autorités à bien des endroits au Québec.

«À part deux ou trois familles, ç’a été le calme plat aujourd’hui, reconnaît M. Beauchesne. On constate que la consigne qui a été donnée aux gens dans les médias, soit de rester à la maison, a été suivie à la lettre. Mais on les comprend aussi.»

Le froid glacial de samedi a également nui à l’achalandage de l’événement. Selon l’organisation, seulement 200 à 300 personnes se sont rendues au parc Sainte-Marguerite, même si les activités offertes ne manquaient pas. Le nombre de personnes qui se sont déplacées pour assister aux spectacles de la soirée et au feu d’artifice était lui aussi nettement inférieur à celui auquel sont habitués les artisans du carnaval. Le spectacle d’Éric Masson et ses musiciens a par ailleurs été amputé de sa deuxième partie, qui devait débuter après le feu d’artifice.

«On avait cinq ou six chauffages d’appoint et c’était juste pour Éric Masson, alors imaginez pour ses musiciens, souligne M. Beauchesne. Ça devenait compliqué pour eux de manipuler leurs instruments. Mais malgré tout, les gens sur place ont grandement apprécié le spectacle.»

Problèmes d’approvisionnement... en neige
Les inconvénients causés par Dame Nature sont venus s’ajouter aux problèmes qu’ont eus les organisateurs de l’événement la semaine dernière. Une plainte a été déposée au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec, concernant la neige utilisée pour former la glissade en vue du carnaval. Or, le règlement sur les lieux d’élimination de la neige du ministère indique qu’il est interdit de déposer de la neige destinée à l’élimination dans un lieu autre que celui où elle doit être éliminée. Les bénévoles de l’Association récréative Sainte-Marguerite ont donc dû faire preuve de créativité, à quelques jours de la tenue de l’événement, pour s’assurer que la glissade, une activité fort prisée des visiteurs du carnaval, soit prête à temps.

«Il y a eu une plainte à l’effet qu’on utilisait de la neige ramassée dans la rue pour faire notre glissade, relate André Beauchesne, président de l’Association. Mais ça ne prend pas un génie pour comprendre qu’on ne prend pas de la neige pleine d’abrasif et de sel pour faire notre glissade, ça ne fonctionnerait pas! Mais pour s’assurer d’être conforme, on a fait une campagne sur Facebook où on demandait aux gens d’amener de la neige de chez eux.»

En dépit de ces imprévus, M. Beauchesne voit l’avenir du plus vieux carnaval de district de Trois-Rivières avec optimisme. Avant même que la 29e édition ne soit terminée, celui qui a contribué à ramener cet événement avait déjà en tête la prochaine édition, qui marquera son 30e anniversaire.
«On va bonifier la programmation à tous les chapitres, promet M. Beauchesne. On veut rappeler l’histoire du quartier, faire plus de balades en calèche, bonifier le spectacle pyromusical et les spectacles sur la scène. On veut fêter ce petit carnaval de quartier devenu grand au fil des années.»

Un autre carnaval d’hiver avait également lieu samedi, à Louiseville. La cinquième édition de l’événement, qui a débuté vendredi soir avec une randonnée de raquette aux flambeaux, offrait une variété d’activités: «fat bike», via ferrata, structures gonflables, sculpture et peinture sur neige, glissade sur tube, patinage, etc. Des chocolats chauds étaient offerts aux visiteurs du carnaval au fil de la journée, qui s’est conclue avec un feu d’artifice également.

Portes ouvertes à l’île Saint-Quentin
Vers la fin de l’après-midi samedi, entre 350 et 400 personnes s’étaient rendues au parc de l’île Saint-Quentin, qui tenait sa journée portes ouvertes. Un nombre bien petit en comparaison avec la journée portes ouvertes de l’an dernier, à laquelle 2500 personnes avaient participé.

«Les gens vont glisser ou patiner, ils rentrent se réchauffer, ils ressortent, ils reviennent se réchauffer, explique Stéphane Lamothe, directeur général du Parc. On a eu des braves aujourd’hui!»

Les employés du parc ont également pu rentrer plus souvent à l’intérieur pour se réchauffer, alors que les rotations de personnel ont été plus fréquentes au cours de la journée, assure M. Lamothe. Autre inconvénient du froid, la soirée aux flambeaux a failli être annulée. L’insistance de plusieurs visiteurs a convaincu le directeur général du parc de maintenir l’activité, qui devait toutefois prendre fin un peu plus tôt que prévu.
Malgré le faible achalandage attribuable au froid, il n’est pas question de déplacer à nouveau l’événement, souligne M. Lamothe, qui constate que peu importe la date choisie, le parc ne sera jamais à l’abri des imprévus.

«L’an dernier, on avait fait ça en février, mais il faisait plus doux et on avait perdu la patinoire, rappelle-t-il. On est à la merci de Dame Nature: on aurait aussi pu avoir la tempête de neige annoncée demain (dimanche). Mais le but de cette journée, c’est de découvrir ou de redécouvrir l’île pendant la période hivernale. En faisant ça plus tôt dans la saison, ça permet aux gens qui prennent une carte de membre de profiter du reste de l’hiver.»

Selon le directeur général, la journée n’aura d’ailleurs pas été perdue, puisque plusieurs personnes en ont profité pour acheter une carte de membre.

D’autres activités perturbées
Les clubs de motoneige de la région ont également fait les frais de la température glaciale de samedi, alors que se déroule la fin de semaine portes ouvertes dans les clubs membres de la Fédération des clubs de motoneige du Québec. Selon le Club de motoneige du comté de Champlain, peu de motoneigistes se sont aventurés sur ses pistes, même si elles étaient accessibles gratuitement toute la journée. Même problématique au Grand Prix Snocross de Shawinigan, qui se déroulait de vendredi à dimanche au Centre Gervais Auto. Si au moins 70 pilotes se sont inscrits à l’événement, les spectateurs étaient bien moins nombreux que lors de la première édition de la compétition, l’an dernier. Environ 200 personnes étaient présentes en début d’après-midi.
Le froid persiste
Les journées à venir seront elles aussi froides, selon Environnement Canada, jusqu’à mercredi. Un maximum de -14 degrés est prévu pour Trois-Rivières, lundi, avec un refroidissement éolien allant jusqu’à -30 degrés. Le vent sera encore fort toute la journée, avec des rafales allant jusqu’à 60 km/h. De la neige intermittente est également attendue, avant un dégagement en soirée. La nuit de lundi à mardi sera particulièrement froide, avec un minimum de -24.

La journée de mardi devrait être ensoleillée, avec un maximum de -12. La température devrait ensuite remonter jusqu’à un maximum de -3 degrés, mercredi. De la neige est également annoncée pour cette journée.