Les acériculteurs québécois perdent des parts de marché, s’inquiète l’IEDM

Julien Arsenault
La Presse Canadienne
MONTRÉAL - Alors que débute la saison des sucres, l’Institut économique de Montréal (IEDM) revient à la charge en réclamant des assouplissements pour les acériculteurs québécois, qui perdent des parts de marché au profit de leurs concurrents américains.