Comme la veille, de nombreuses personnes ont fait la file, jeudi, afin d’entrer à l’intérieur de la succursale de la SQDC de Trois-Rivières. Les policiers de Trois-Rivières ont été sur les lieux à quelques reprises afin de s’assurer qu’aucun débordement ne se produise.

L’engouement ne s’essouffle pas

TROIS-RIVIÈRES — Il y avait encore une centaine de personnes qui attendaient bien sagement en file devant la succursale trifluvienne de la Société québécoise du cannabis au lendemain de l’entrée en vigueur de la loi historique entraînant la légalisation de la substance au Canada.

Tout comme la veille, les clients étaient en effet nombreux à vouloir se procurer les produits offerts par la société d’État. Certains d’entre eux ont d’ailleurs confié au Nouvelliste que quelques variétés de cannabis n’étaient déjà plus disponibles en petites quantités sur les étagères du magasin situé à l’intersection des boulevards des Forges et des Récollets.

«Acheter dix grammes, ça commence à être cher», a notamment lancé un client en sortant de la succursale avec son petit sac de papier brun en main.

En raison des attroupements autour du nouveau commerce, les patrouilleurs de la police de Trois-Rivières se sont régulièrement rendus sur les lieux au cours des deux dernières journées. Aucun débordement n’a cependant été enregistré et aucune intervention n’a été nécessaire, si ce n’est que quelques avertissements relativement au respect du règlement en vigueur relativement au stationnement à cet endroit.

Plus de 42 500 transactions

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Société québécoise du cannabis (SQDC) est victime de son succès. Juste au cours de sa première journée d’opérations, elle a enregistré plus de 12 500 achats de cannabis en magasin et quelque 30 000 commandes passées en ligne. Dans un communiqué diffusé jeudi avant-midi, la société d’État a reconnu que le volume de ventes a dépassé ses attentes. Par ailleurs, elle s’attend d’ores et déjà à des problèmes d’approvisionnement.

Rappelons que mercredi, jour de la légalisation au Canada du cannabis récréatif, 12 succursales au Québec ont accueilli dès 10 h des clients qui ont parfois attendu des heures avant d’y entrer tellement les files d’attente étaient longues. Dix conseillers en moyenne étaient présents dans chaque succursale pour répondre à la forte demande des clients. Des agents de sécurité ont également assuré une gestion diligente des files d’attente.

Du côté du site web de la SQDC, les commandes étaient acceptées dès 7 h 30 mercredi. Il a su soutenir le volume de visites et de transactions, et ce, malgré un achalandage supérieur aux prévisions, soutient la SQDC. En 15 heures, le site a reçu plus 450 000 visites et comptait plus de sept millions de pages lues.

Considérant de possibles grèves tournantes chez Postes Canada et le nombre élevé de commandes en ligne, la SQDC avertit que la livraison normalement prévue en deux à cinq jours connaîtra au départ des retards pouvant aller à cinq jours et plus.

En ce qui concerne l’approvisionnement, des difficultés avaient déjà été anticipées avant l’ouverture des magasins. Seuls 110 des 180 produits prévus se trouvaient sur les tablettes. Et sur le site web, moins d’options sont offertes: plus spécifiquement, les consommateurs peuvent s’attendre à un manque de produits plus important, notamment au niveau de l’huile, des gélules, des atomiseurs et des joints préroulés.

Avec La Presse canadienne