Le maire de Saint-Mathieu-du-Parc, Claude McManus.

Légère hausse des taxes à Saint-Mathieu-du-Parc

Un contrôle très rigoureux des dépenses permet au conseil municipal de Saint-Mathieu-du-Parc de limiter l'impact de la hausse du coût de traitement des matières résiduelles sur le compte de taxes en 2017. Pour la maison moyenne maintenant évaluée à 170 661 $, l'augmentation atteindra 33,54 $, l'an prochain, ce qui représente une hausse de 1,99 %.
Les très faibles variations dans les revenus et les dépenses de fonctionnement sautent aux yeux dans le budget présenté le 19 décembre. Le conseil municipal a adopté un exercice équilibré à 2 879 162 $, en baisse de 2,4 % par rapport à 2016. Les élus se sont astreints à ce régime notamment en raison de leur volonté de réduire la contribution du surplus accumulé pour rencontrer les dépenses. Traditionnellement, ils n'hésitaient pas à piger des dizaines de milliers de dollars pour éviter des hausses de taxes. Mais évidemment, cette stratégie fait fondre le bas de laine.
En 2016 par exemple, un montant de 100 000 $ avait été ainsi affecté. Le conseil municipal a réduit cette contribution à 31 596 $ en 2017, dont seulement 10 000 $ proviennent de l'excédent de l'année en cours. Le reste est issu des fruits de la vente des installations de la montagne.
Après dix ans de support, les élus ont également pris la décision de ne plus subventionner la fête de l'Halloween, en raison des faibles retombées pour les commerçants locaux. Ce montant de 15 000 $ devrait toutefois être réparti vers d'autres activités en 2017.
Sur leur compte, les contribuables constateront une très légère hausse de la taxe foncière en 2017, puisqu'elle passe de 0,8879 $ à 0,8907 $ par tranche de 100 $ d'évaluation. Un autre facteur qui contribue à la l'augmentation se trouve dans les frais pour la collecte des matières résiduelles. Pour les résidences permanentes, ils bondissent de 92,70 $ à 103,44 $.
«Nos coûts pour l'enfouissement augmentent et ça ne devrait pas être comme ça», déplore le maire, Claude McManus. «Le troisième bac arrive en 2020. Notre écocentre est ouvert, ce qui devrait contribuer à diminuer l'enfouissement. Il faut trouver pourquoi nos coûts ont tant augmenté.»
Les frais d'entretien des installations septiques permanentes ne bougeront pas. Le tarif pour le gymnase passe de 9,78 $ à 9,67 $, tandis que la contribution pour l'acquisition de lots dans le secteur de la montagne est éliminée en 2017. Évidemment, comme à chaque année, de nombreux frais s'ajoutent pour l'aqueduc et le traitement des eaux usées, selon la situation de chacun.
Du côté du programme triennal d'immobilisations, le gros morceau de 2017 touchera la réfection du chemin Saint-François ainsi que la mise en place de l'aqueduc et l'aménagement de rues dans le quartier écologique De Feuilles en aiguilles. Près de 1,1 million $ sont prévus pour ces projets. Une somme de 333 000 $ est également mise au budget pour un puits dans le secteur de la montagne.