L’édifice du Boisé-des-Pins de l’école alternative Freinet, à Trois-Rivières, a été évacué, jeudi matin.

L’école Boisé-des-Pins évacuée

Trois-Rivières — Après l’école de Saint-Élie-de-Caxton le 20 février, c’est une école de Trois-Rivières qui a été évacuée de façon préventive, jeudi. L’édifice du Boisé-des-Pins de l’école alternative Freinet, situé dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, présentait des signes laissant présager un problème au niveau de la structure, mais après analyse, le bâtiment est sécuritaire. Un bon déglaçage est toutefois nécessaire, ce qui permet aux quelque 155 élèves de commencer leur semaine de relâche en avance, puisque leur école demeure fermée ce vendredi.

C’est à l’arrivée des enfants, jeudi matin, que des fissures ont été remarquées. «On a constaté que la structure avait travaillé dans le sens qu’il y avait des tuiles au plafond qui s’étaient déplacées, il y avait des fissures et des portes qui coinçaient», raconte Anne-Marie Bellerose, porte-parole de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

Les parents ont été contactés et en milieu d’avant-midi, il n’y avait plus aucun élève sur place. Les enfants ont attendu leurs parents dans un autobus scolaire. Un ingénieur s’est rendu sur place pour procéder à l’inspection du bâtiment. «La bonne nouvelle, c’est que la structure n’a pas été endommagée. Ce sont des dommages superficiels dus à une pression de la neige et de la glace. Mais il n’y avait pas une accumulation de neige importante sur le toit, c’est donc sûrement le poids de la glace qui est en cause», précise Mme Bellerose.

Le toit doit être déneigé et déglacé. Les élèves ont donc congé ce vendredi. «Ça va nous permettre de tout déglacer sans déranger qui que ce soit. Le retour à l’école va se faire comme à la normale après la semaine de relâche.»

Depuis déjà quelques semaines, la Commission scolaire du Chemin-du-Roy procède à l’inspection de ses bâtiments et à leur déneigement lorsque cela s’avère nécessaire. «Ça se poursuit, note Mme Bellerose. C’est certain qu’on reste vraiment vigilant avec la situation qu’on vit cet hiver.»