L'eau et l'odeur ont incité France Bernier à délaisser son petit coin de paradis pour une chambre d'hôtel, le temps que la rivière déguerpisse.

L'eau s'invite partout

«Je ne suis plus capable. Depuis samedi, j'ai une chambre à l'hôtel La Rocaille. Ici, je ne peux plus me laver, je ne peux plus rien faire. Quand j'ai vu l'eau monter, les jambes m'ont plié. Et cette odeur...»
La rivière a pris ses aises sur le terrain d'Éveline Melançon, au point d'endommager son sous-sol.
Sébastien Matte a pris toutes les précautions nécessaires pour éviter que son chalet et sa remise partent à la dérive.
France Bernier ne sait plus trop si elle doit rire ou pleurer. Sur le chemin de l'Ermitage à Shawinigan, l'eau s'est déjà invitée chez les riverains. Les dégâts se calculeront plus tard. Certains résidents résistent toujours, mais si les services d'urgence n'avaient plus accès à ce secteur au cours des prochaines heures, un ordre d'évacuation général sera donné.
Dans le sous-sol et autour de la maison de Mme Bernier, six pompes tournent à plein régime. L'odeur nauséabonde s'explique par une fosse septique saturée. «C'est la nature, c'est pas nous qui décidons», se convainc-t-elle, tout de même heureuse d'avoir réussi à entreposer tous ses objets du sous-sol dans un camion.
Juste à côté, Eveline Melançon utilise son trampoline pour entasser les jouets de sa fille et divers objets qui étaient éparpillés dans la cour. L'eau menace sérieusement sa résidence; la pression crée des fissures au sous-sol.
«Ça a commencé à monter pas mal vendredi», raconte-t-elle. «Je vire à trois pompes. Le plancher de mon solage a fendu complètement. Les pompes fournissent, mais le plancher est trempé. Il y a même un coin de la chambre de ma fille où du sable a commencé à entrer. Est-ce en train de s'affaisser?»
Évidemment, Mme Melançon n'a jamais rien vécu de tel en onze ans. Au printemps, la rivière vient souvent taquiner ses marches.
«Mais jamais elle n'avait touché la maison et là, elle est entourée d'eau», fait-elle remarquer. Dans ce contexte, la jeune femme se prépare à quitter son domicile. Une amie s'occupera d'héberger ses lapins, sa perruche et son chat. «Ma fille est inquiète», observe-t-elle. «C'est sa fête dans une semaine et demie et elle m'avait demandé un poulailler!»
Sébastien Matte, lui, n'a pris aucune chance: son chalet et sa remise sont solidement attachés pour éviter la dérive. Il avait monté sa résidence secondaire de deux pieds par mesure préventive, mais la rivière Saint-Maurice se rit de cette initiative. «L'eau a monté facilement de quatre ou cinq pieds depuis vendredi», raconte-t-il. «Nous sommes à un point critique. Si l'eau monte encore, on va être dans le trouble.»
La situation est stable à La Tuque
La Ville de La Tuque a fait le point sur la situation sur l'ensemble de son territoire. On a indiqué, mardi, que la situation était stable et que les rivières Croche et Saint-Maurice étaient encore à la baisse.
«L'eau s'est même retirée de la plupart des routes en Haute-Mauricie, à l'exception du chemin Bourassa qui est toujours fermé en raison du niveau élevé de la rivière Saint-Maurice», a fait savoir la Ville.
Les travaux du ministère des Transports sur la route forestière 25, aux km 61 et 75, ont été suspendus jusqu'à lundi. On a fait savoir aussi que l'eau s'était retirée sur la chaussée au km 111 entre Wemotaci et Parent. 
On surveille également la route forestière 10. L'érosion a endommagé la route au km 103, mais cela n'empêche pas la circulation automobile. Des travaux seront réalisés. 
La municipalité invite à la prudence sur le rang Ouest à La Croche. Il y a de gros trous sur la chaussée, les automobilistes doivent réduire leur vitesse.
Audrey Tremblay
La Direction de la santé publique appelle à la prudence
Étant donné que de nombreuses maisons ont été inondées au cours des derniers jours dans la région, la Direction de la santé publique rappelle aux propriétaires touchés qu'une telle situation peut entraîner la contamination de l'eau de consommation, l'apparition de moisissures et la contamination de produits de consommation et d'objets. Il est donc impératif de prendre certaines précautions pour prévenir les risques pour la santé.
L'eau du robinet peut notamment être affectée lors d'une inondation, car elle peut contenir des microbes et causer des gastroentérites. Lorsqu'elle provient d'un puits, l'eau est considérée non potable jusqu'à preuve contraire. Si elle est trouble ou a une odeur inhabituelle, elle ne doit pas être consommée.
L'eau stagnante, les matériaux mouillés et l'humidité sont de plus propices au développement de moisissures qui peuvent causer ou aggraver des problèmes de santé. Il est donc conseillé de ventiler, chauffer et déshumidifier une résidence touchée, d'enlever l'eau et de jeter tous les articles poreux, trempés, ne pouvant pas être nettoyés et séchés à fond.
Il faut également retirer le gypse et la laine des murs jusqu'à 50 cm au-dessus du niveau de l'eau et mettre des gants pour manipuler les matériaux et objets moisis.
Mathieu Lamothe