Anne-Sophie Provencher, une jeune femme de 24 ans atteinte de paralysie cérébrale, s’est fait voler son vélo adapté.

Le vélo d’une femme handicapée volé

TROIS-RIVIÈRES — Une jeune femme de Trois-Rivières atteinte de paralysie cérébrale s’est fait voler son vélo adapté. Anne-Sophie Provencher pédalait deux fois par semaine sur ce vélo qui lui était grandement bénéfique.

«Elle se déplace en fauteuil roulant. Et ce vélo lui servait à conserver le peu de tonus qui lui reste dans ses jambes et ses bras», affirme la belle-mère d’Anne-Sophie Andrée Lamy, découragée par les récents événements.

Andrée Lamy, la belle-mère d’Anne-Sophie Provencher.

«Elle s’en servait de deux à trois fois par semaine. Parce que pour elle, faire un petit tour de rue, ça équivaut pour nous à faire cinq kilomètres. Elle se fatigue beaucoup plus vite.»

La jeune femme de 24 ans utilisait ce vélo depuis une dizaine d’années environ. Adapté à sa condition, ce vélo a subi plusieurs modifications. Par exemple, la selle a été remplacée par un siège lui assurant de rester bien en place. De plus, les pédales ont été adaptées pour ses jambes. «Elle ne pèse pas 90 livres. C’est donc un vélo pour enfant qui a été adapté pour elle», précise Mme Lamy.

Le vélo adapté d’Anne-Sophie aurait été volé en début de semaine, possiblement lundi en après-midi à la résidence de la rue Deshaies dans le secteur Trois-Rivières-Ouest. Par ailleurs, le ou les personnes qui ont pris le vélo ne peuvent pas s’en servir. «Ils ne peuvent pas du tout l’utiliser, c’est un tricycle...», soutient la belle-mère d’Anne-Sophie. «Ça ne peut pas servir à personne d’autre qu’à elle. Ce qu’on pense, c’est que quelqu’un l’a volé pour les pièces.»

Choquée par ce vol, Andrée Lamy a vivement dénoncé la situation sur Facebook. Sa publication a été partagée près de 1500 fois. «C’est décevant. Pourquoi ont-ils fait ça? C’est un geste absolument gratuit. Ça n’a pas de bon sens», affirme-t-elle.

D’une valeur d’environ 3000 $, ce vélo ne peut toutefois pas facilement être remplacé. «Mais le pire dans notre problème, c’est que ça va nécessiter beaucoup de temps à faire réadapter un autre vélo. Si on achète un autre vélo dès maintenant, Anne-Sophie ne l’aura pas avant l’automne», dénonce Andrée Lamy. «Et ça va demander beaucoup d’énergie pour Anne-Sophie. Parce que c’est essai et erreur lorsqu’on adapte un vélo.»