Le Nouvelliste
Parmi ses nombreuses initiatives mises de l’avant en cette période de coronavirus, le Trou du diable donne un coup de main aux épiciers pour leurs livraisons. Sur la photo, Jérôme Lajoie, employé d’IGA Famille Gauthier et Guillaume Croisetière, du Trou du diable, mettent la main à la pâte.
Parmi ses nombreuses initiatives mises de l’avant en cette période de coronavirus, le Trou du diable donne un coup de main aux épiciers pour leurs livraisons. Sur la photo, Jérôme Lajoie, employé d’IGA Famille Gauthier et Guillaume Croisetière, du Trou du diable, mettent la main à la pâte.

Le Trou du diable rayonne autrement

Guy Veillette
Guy Veillette
Le Nouvelliste
Shawinigan — Habituée à collectionner les prix aux quatre coins de la planète, la microbrasserie Le Trou du diable se replie dans sa communauté en cette période de confinement provoquée par le coronavirus. Depuis le début de la crise, l’entreprise multiplie les initiatives non seulement pour encourager son personnel, mais aussi pour apporter son soutien aux services essentiels qui sont plus sollicités.