L'effondrement s'est produit vendredi.

Le toit d'une bâtisse municipale s'effondre à Nicolet

NICOLET — La vague des effondrements de toitures de bâtisses commerciale, agricole et municipale survenue depuis un mois s’est transportée vendredi à Nicolet. Après un ancien garage municipal de Grand-Mère, une bâtisse de l’entreprise Kenny U-Pull de Trois-Rivières, une ferme porcine de Bécancour, le garage municipal de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et l’abri à gravier de Saint-Élie-de-Caxton, voilà qu’une partie de la toiture d’un entrepôt du service des travaux publics de la Ville de Nicolet vient de céder.

L’entrepôt de la rue Mgr Courchesne est situé à côté du garage municipal de Nicolet. Les employés qui étaient au garage ont entendu vers 7 h 08 un bruit lourd qui ne laissait rien présager de bon. Mais contrairement à d’autres cas d’effondrement, la neige ne serait pas la cause principale de ce bris, soutient Sébastien Turgeon, le porte-parole de la Ville de Nicolet.

«Le bâtiment fait partie de notre tournée d’inspection, mais nous ne l’avons pas déneigé à cause du peu de neige sur la toiture. Est-ce que c’est à cause de la glace? Je ne sais pas», déclare M. Turgeon, qui s’attend à ce que cette bâtisse de 1000 pieds carrés, valant un million de dollars, soit une perte totale.

Personne n’était dans l’entrepôt lorsque le toit s’est brisé. La bâtisse contient des compteurs d’eau, des balises et des pancartes de signalisation, mais aussi des véhicules et une génératrice. Une partie de la bâtisse sert de chenil municipal pour les chiens et les chats errants. Aucun animal n’y était.

Cette bâtisse construite en 1996 abritait à l’époque une salle de quilles. La Ville de Nicolet l’a achetée et l’a aménagée en entrepôt en 2016.

Nicolet a reçu la visite de ses assureurs vendredi après-midi. Toutefois, les lieux doivent être mieux sécurisés avant que des experts en sinistre puissent faire le tour des lieux et constater l’ampleur des dégâts. Cette démarche sera faite au cours de la prochaine semaine. Elle pourrait cependant être compliquée par les nouvelles chutes de neige prévues pour dimanche. 

La Ville de Nicolet a loué des conteneurs pour entreposer une partie de son matériel dans l’immédiat. Par ailleurs, une entente avec Bécancour permet à Nicolet d’avoir accès à de la machinerie en cas de besoin, selon M. Turgeon. 

À Shawinigan, le déneigement de la toiture restante de l’ancien garage municipal a été amorcé jeudi selon une méthode fournie par un ingénieur. L’opération se poursuit durant quelques jours, si bien qu’il faudra patienter probablement jusqu’en début de semaine prochaine pour avoir accès aux équipements qui s’y trouvent.

«On n’est pas encore capable d’entrer. Il faut déneiger avant d’accéder (à la bâtisse) pour récupérer le matériel. Là où ça a tombé, on sait qu’il y a des dommages. Il y a des camions sous la structure. On ne connaît pas encore l’ampleur (des dommages)», mentionne la porte-parole, Véronique Gagnon-Piquès.


Plusieurs employés ont déneigé, vendredi, la toiture du pavillon Nérée-Beauchemin de l’UQTR. Ces travaux se sont ajoutés à ceux menés plus tôt cette semaine à l’école primaire de Saint-Élie-de-Caxton. Cette école est fermée par mesure préventive jusqu’au 1er mars et ses élèves ont été relocalisés dans une école du secteur de Shawinigan-Sud, les autorités ayant constaté la présence de fissures dans ledit bâtiment.

Attention aux toits

Le message est véhiculé depuis plusieurs semaines déjà, mais l’importance de déneiger les toitures est toujours de mise, rappelle Sébastien Doire.

«Des gens n’ont pas encore déneigé leur toit et sont rendus avec une quantité appréciable. L’hiver n’est pas fini», précise le directeur régional de la sécurité civile.

L’hiver n’a effectivement pas dit son dernier mot. Dimanche, un système dépressionnaire provenant des États-Unis balayera le Québec, laissant une vingtaine de centimètres de neige sur la portion centrale et sur le nord de la Mauricie. Mais plus on se rapproche du fleuve Saint-Laurent, plus les risques de recevoir un mélange de pluie et de neige sont grands, fait valoir Simon Legault, météorologue d’Environnement Canada.

«Un courant d’air chaud provient de l’Arizona. Pour Montréal, ce sera de la pluie. À Drummondville, de la pluie. À Québec, ce sera de la neige. Mais à Trois-Rivières, on est sur la limite. Ce sera en fonction de jusqu’où l’air chaud se rend au Québec. Pour Trois-Rivières, il y a deux scénarios. Si c’est un mélange de pluie et de neige, on parle de 10 mm de pluie et 10 cm de neige. Si c’est presque juste de la neige, on parle de plus de 20 centimètres et d’un peu de pluie.»

Les températures seront douces en fin de semaine, mais dès lundi, le mercure va replonger et le vent sera de la partie. Des rafales souffleront jusqu’à 60 km/h, lundi. La température sera de -12 degrés, mardi. 

Avec Matthieu Max-Gessler