L’entrepôt de l’ancienne entreprise Produits d’emballages Henri Bourgeois.

Le toit d’un entrepôt s’effondre

TROIS-RIVIÈRES — Il ne se passe pas une journée sans que l’actualité rapporte l’effondrement d’un toit dans la région. Dans la nuit de lundi à mardi, le toit de l’ancienne entreprise Produits d’emballages Henri Bourgeois a cédé selon toutes vraisemblances sous le poids de la neige.

L’entrepôt situé sur la rue Bellefeuille à Trois-Rivières était inutilisé depuis la faillite de l’entreprise, il y a quelques mois. Le bâtiment voisin est aussi fermé. 

À la suite de l’effondrement du toit, un périmètre de sécurité a été érigé autour du bâtiment. Même s’il n’était plus utilisé pour des opérations quotidiennes, le bâtiment abritait quelques produits de l’entreprise aujourd’hui fermée ainsi que quelques véhicules.

À la suite de la fermeture de l’entreprise, la gestion des immeubles et des biens a été confiée au syndic de faillite Michel Belhumeur de Trois-Rivières. «Lorsque nous avons été mandatés pour liquider les actifs de l’ancienne entreprise, la structure de l’entrepôt méritait déjà d’être solidifiée. Il y avait un problème de structures», mentionne Michel Belhumeur. «On a déjà fait des interventions et on espérait passer l’hiver comme ça.»

Bien que le poids de la neige a certainement été un des facteurs de l’effondrement de la structure, les forts vents de la nuit de lundi à mardi auraient pu l’avoir favorisé. 

Michel Belhumeur assure que le site sera sécurité dans les prochains jours afin d’éviter qu’une personne ne s’aventure dans les décombres. Dès le printemps, le syndic de faillite entend récupérer les biens en bon état de l’entreprise et les mettre en vente.

Consciente que nous connaissons un hiver où les accumulations de neige sont hors du commun, l’entreprise Léopold Duplessis, dont les locaux sont situés tout juste à côté de l’entrepôt effondré, a procédé au déneigement de leurs toitures. 

Fermé depuis lundi en raison d’un bris dans la charpente de bois, le Club de curling de Trois-Rivières était toujours fermé lundi. La direction était toujours dans l’attente des analyses d’un ingénieur pour savoir si des interventions d’urgence sont nécessaires ou bien si le bâtiment peut être à nouveau ouvert aux joueurs. 

Rappelons que depuis quelques semaines, de nombreux toits se sont effondrés sous le poids de la neige dans la région. Il s’agit toujours de bâtiments commerciaux ou industriels.