Le lieutenant politique de Justin Trudeau au Québec, Pablo Rodriguez, était de passage à Trois-Rivières vendredi, où il a visité divers organismes dont le Musée POP.
Le lieutenant politique de Justin Trudeau au Québec, Pablo Rodriguez, était de passage à Trois-Rivières vendredi, où il a visité divers organismes dont le Musée POP.

Le TGF, une «priorité absolue» pour Pablo Rodriguez

TROIS-RIVIÈRES — Le lieutenant politique de Justin Trudeau au Québec, Pablo Rodriguez, était de passage à Trois-Rivières vendredi, dans le cadre d’une tournée des régions qu’il a amorcée récemment. Une tournée trifluvienne qui l’a amené à rendre visite à plusieurs organismes de divers milieux, en plus d’une rencontre avec le maire Jean Lamarche, à qui il a répété que la priorité absolue de son gouvernement demeurait le train à grande fréquence.

«Nous avons créé le bureau de projet. Dernièrement, ça a été un peu ralenti à cause de la pandémie, mais je m’attends à ce qu’on ait un rapport assez rapidement. Pour nous, c’est une priorité absolue», a-t-il répété.

Il faut dire que Jean Lamarche lui avait préparé une liste d’épicerie importante, allant du projet de réfection de la salle J.-Antonio-Thompson au train à grande fréquence, en passant par le projet de développement du parc portuaire en collaboration avec le Port de Trois-Rivières, le développement du site des Forges du Saint-Maurice et, évidemment, la construction de l’aérogare à l’aéroport de Trois-Rivières.

«Nous sommes tellement près d’y arriver. Dans une perspective de développement, le timing est excellent présentement pour qu’on puisse enfin lancer ce projet. Ça envoie un vrai message de relance économique» a indiqué le maire Jean Lamarche, à la sortie de cette rencontre.

Pablo Rodriguez reconnaît que le dossier de l’aéroport s’inscrit parfaitement dans l’optique de l’entente signée jeudi entre Justin Trudeau et les premiers ministres des provinces et territoires pour la relance économique, ce qui inclut de l’argent pour les infrastructures et le transport en commun.

«C’est le type de projet qui pourrait faire partie d’une relance économique. Mais avant d’avoir une relance, il fallait qu’on stabilise la société. C’est pour ça qu’on a mis la subvention salariale, pour que les ménages puissent avoir un peu de sous. Parce que pandémie ou non, il faut encore payer le loyer, mettre de la nourriture sur la table et s’occuper des besoins des enfants. La PCU, la subvention salariale et les programmes pour les aînés nous ont permis de stabiliser les choses et aidé à maintenir la cohésion sociale, aidé nos entreprises à rester en vie et garder leurs employés. À partir du moment où on est plus solide on peut penser à la relance économique», considère M. Rodriguez.

Le lieutenant a également rendu visite à des acteurs du milieu communautaire, dont l’organisme d’aide et de soutien à domicile Ménagez-vous. Le politicien considère que les organismes communautaires sont essentiels dans la société.

«S’ils n’étaient pas là et qu’il fallait que le gouvernement les remplace, on n’aurait jamais les moyens de faire ça. Ils font ça souvent avec de petites ressources, sur la base du travail de bénévoles. On ne pourrait jamais compenser pour tout ce qu’ils font. On en est très reconnaissants, on leur donne un coup de main autant que possible, au niveau de l’aide alimentaire, des différents programmes comme la subvention salariale», souligne Pablo Rodriguez.

L’homme politique a terminé sa tournée au Musée POP, où il a procédé à une visite en compagnie de la directrice du musée, Valérie Therrien, de même que la candidate libérale dans Trois-Rivières aux dernières élections, Valérie Renaud-Martin.

«C’est très important pour moi aussi qu’on puisse prendre le pouls du terrain et faire un suivi direct. Ici nous allons visiter un lieu culturel et évidemment parler de tourisme. Ça me permet de retourner directement au premier ministre et à mes collègues pour essayer de faire avancer les choses», mentionne-t-il.