Le syndicat de l'ABI en mode sensibilisation

Bécancour — Alors que la reprise des pourparlers tarde toujours après bientôt six semaines de lock-out, le millier de syndiqués de l’Aluminerie de Bécancour continuent à recevoir des appuis pendant que leurs dirigeants sont en mode sensibilisation dans différentes régions au Québec.

C’est ainsi que mardi, des instances syndicales représentant les travailleurs de Micro Bird, membres de la section locale 9599 des Métallos dans la région du Centre-du-Québec, se rendront sur la ligne de piquetage pour annoncer un don récurrent. Il s’agira d’une première pour cette unité syndicale. Des membres de l’exécutif de la section locale 9700 les accueilleront ainsi que plusieurs lockoutés.

Or, mardi et mercredi, le président de la section locale 9700, Clément Masse, se rendra à Montréal afin notamment d’assister au Conseil général de la FTQ. Il expliquera les enjeux du lock-out aux représentants de tous les syndicats affiliés à la centrale et des conseils régionaux de l’ensemble du Québec.

Et lundi, des membres de l’exécutif de la section locale 9700 se sont rendus à Alma pour intervenir lors de la séance publique d’information sur le dialogue que Rio Tinto Alcan veut entreprendre avec la communauté. Ils y ont dénoncé le lock-out et le fait que ce «dialogue» a été rompu par Alcoa et Rio Tinto dans la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec lorsqu’elles ont décrété le lockout.

Jusqu’à présent, aucune date de rencontre devant le conciliateur n’a encore été fixée, malgré les intentions exprimées par la partie patronale lors de la réunion tenue le 9 février au bureau de la ministre responsable du Travail, Dominique Vien. Le député Jean-Denis Girard parle en termes de semaines pour une conciliation.