Les professeurs Frank Crispino, Gilles Bronchti et Shari Forbes ont effectué une présentation devant une poignée de résidents de Bécancour en lien avec le site sécurisé en thanatologie.

Le site sécurisé de recherche en thanatologie bien accepté à Bécancour

BÉCANCOUR — Le projet de site sécurisé de recherche en thanatologie (SSRT) de l’Université du Québec à Trois-Rivières dans le parc industriel de Bécancour n’engendre pas de levée de boucliers de la part de la population.

Une quinzaine de personnes, dont moins de cinq citoyens, ont assisté mardi soir à une soirée d’information concernant l’aménagement d’un site de recherche sur la décomposition des corps qui va permettre de produire des données très importantes qui seront très utiles en criminalistique. La plupart des personnes présentes représentaient l’université, la Ville et la MRC de Bécancour ou encore le diocèse de Nicolet. À la suite d’une présentation des professeurs Shari Forbes, Frank Crispino et Gilles Bronchti, le public pouvait poser des questions. Seulement deux citoyens ont soulevé des interrogations, notamment de natures éthiques. 

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, estime que cette faible participation populaire démontre de l’accessibilité sociale du projet. Il indique que le site est isolé et loin des habitations, ce qui contribue à faciliter son acceptabilité. «Je ne crois pas que c’est la tempête qui a forcé les gens à rester chez eux. Il y avait une autre assemblée à Bécancour ce soir au sujet de la santé et il y avait près de 50 personnes», précise le maire de Bécancour.