Le Quai du Port Saint-François sera bientôt la propriété officielle de la Ville de Nicolet.
Le Quai du Port Saint-François sera bientôt la propriété officielle de la Ville de Nicolet.

Le Quai du Port Saint-François bientôt propriété de Nicolet

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
NICOLET — Alors que la date d’acquisition du Quai du Port Saint-François au coût d’un dollar avait été fixée au 30 juin 2020, la Ville de Nicolet a dû confirmer lundi, en séance publique, qu’elle continue à respecter les obligations contenues à la promesse d’achat signée en 2019.

En raison de la pandémie, la Ville de Nicolet ainsi que Pêches et Océans Canada consentent ainsi à prolonger le délai étant donné que les travaux ne sont pas encore complétés. La cession du Quai à la Ville n’aura lieu qu’à la fin de la réfection.

«Les travaux vont bon train, malgré qu’on a eu un peu de retard à cause de la COVID. C’est une résolution très administrative pour dire qu’on continue à se porter acquéreur, mais quand la réfection du quai sera terminée. Ça va aller plus en octobre», explique la mairesse Geneviève Dubois.

Si le gouvernement fédéral a pris en charge toutes les réparations, l’entretien du Quai sera entièrement assumé par la Ville dans le futur.

Par ailleurs, un appel de propositions sera lancé concernant la création d’un projet d’incubateur sur un terrain appartenant à la Ville, situé entre CITAN et ROVIBEC.

Si, dans les prévisions budgétaires, le projet initial visait plutôt à bâtir un motel industriel de 30 000 pieds carrés, voilà que la nouvelle mouture se veut plutôt un partenariat public-privé.

«Notre projet d’incubation à la Ville et la MRC va faire partie de ce qui sera construit par un privé. On aura des critères spécifiques pour héberger des entreprises qui sont en démarrage. Au lieu que la Ville construise ça, vu que c’est un de nos terrains qu’on vend et qu’on va être locataire, on veut donner la chance à tous les promoteurs, qui pourraient être intéressés à construire ça et à y loger ou à louer des espaces commerciaux à d’autres entreprises, de déposer un projet. On donne donc le OK à l’appel de propositions, mais assez rapidement, les critères vont être connus», a précisé Mme Dubois.

«On va être locataire. On va se réserver un nombre de pieds carrés pour l’incubation avec des critères spécifiques qu’on souhaite avoir, comme des espaces communs. Il y aura des critères spécifiques et il y aura des privés qui pourront soumettre leur projet. Il y aura un comité formé de gens à l’interne et aussi à l’externe qui choisiront le meilleur projet », renchérit-elle.

Lors de cette même assemblée régulière, les élus ont décidé d’accorder un contrat à Michel Byette pour compenser l’absence prolongée du directeur général Pierre Genest alors qu’approche la période intense de préparation budgétaire.

«On est sans direction générale depuis plusieurs mois. On a retenu les services de Michel Byette, qui a œuvré comme directeur général dans plusieurs municipalités, dont dix ans à la Ville de Trois-Rivières. Il est embauché à titre de contractuel, simplement pour la période de l’automne, et on verra comment les choses évoluent par la suite», a fait savoir la mairesse Dubois.