Alain Morrissette espère pouvoir développer son projet de sablière dans le secteur Pointe-du-Lac.

Le projet de sablière refait surface

Trois-Rivières — Le promoteur d’un projet de sablière qui a été refusé par le conseil municipal de Trois-Rivières en septembre 2017 revient à la charge et tentera une nouvelle fois de faire accepter son projet. Alain Morrissette estime avoir apporté les modifications nécessaires et avoir atteint l’acceptabilité sociale afin que le projet voie le jour.

On se souviendra que le projet nécessitait un changement au règlement de zonage pour le terrain situé aux abords de la rivière Saint-Charles, entre l’aéroport et le rang Saint-Nicolas. Or, lors de la séance de consultation publique tenue le 17 juin 2017, des dizaines de citoyens, pétition en main, s’étaient présentés afin de manifester leur opposition au projet.

Ces résidents des 6e Rang, 6e Rang Ouest, rang Saint-Charles ainsi que des utilisateurs du camping Le Corral, craignaient notamment le bruit et l’augmentation importante du trafic lourd dans le secteur, pour ne nommer que ceux-là. Le règlement avait finalement été retiré de l’ordre du jour.

À l’époque, Alain Morrissette avait demandé à être entendu de nouveau par le conseil municipal, lui qui estimait que l’avis du voisinage avait été basé sur de fausses informations véhiculées à l’endroit de son projet.

Lors de la séance publique du conseil municipal de mardi, deux nouveaux projets de règlement ont été adoptés afin de permettre de nouveau ce changement au zonage. Contacté à ce sujet, Alain Morrissette explique qu’il a en effet modifié son projet afin de répondre aux inquiétudes qui avaient été soulevées, notamment en ce qui concerne le trafic sur le 6e Rang Ouest et les rues avoisinantes.

Désormais, le projet de sablière bénéficierait d’une sortie vers le rang des Garceau afin de diriger les camions qui transporteront la matière extraite de la sablière, confirme M. Morrissette. «Les gens disaient qu’ils étaient inquiets d’avoir plus de trafic. J’ai acheté des terres et j’ai aussi obtenu un droit de passage qui fait que maintenant, nous allons pouvoir sortir par là. D’autres sablières utilisent déjà ce chemin pour sortir leur matière», mentionne-t-il.

Par ailleurs, Alain Morrissette affirme avoir fait le tour de toutes les résidences du secteur afin d’obtenir l’aval pour ce nouveau projet modifié. «J’ai eu 96 % d’appui d’un côté et 98 % de l’autre, ils ont pratiquement tous signé. On a renseigné les gens sur la véritable nature de nos activités et ce que ça allait entraîner et les citoyens se sont montrés rassurés. J’ai fait mes devoirs», ajoute le promoteur.

Ce dernier précise que l’exploitation de la sablière est d’abord destinée à fournir des matériaux pour le développement d’un projet domiciliaire qu’il chapeaute du côté du secteur Pointe-du-Lac. Or, le trafic généré par ses opérations ne représentera pas un nombre important de camions dans ce secteur, assure-t-il.

Le conseiller municipal du secteur, François Bélisle, n’avait pas caché son malaise face au premier projet l’été dernier, spécialement en raison du soulèvement populaire sur le 6e Rang et le rang Saint-Charles. Devant le nouveau tracé proposé, le conseiller municipal estime le projet plus socialement acceptable, mais continue de se montrer prudent et attendra d’entendre ce que les citoyens auront à dire lors de la séance d’information publique.

Si la Ville donne son aval au changement de zonage, le promoteur devra ensuite obtenir les autorisations du ministère de l’Environnement et de la Commission de protection du territoire agricole du Québec pour avoir son permis d’exploitation.

Le projet fera l’objet d’une consultation publique le 20 mars à 18 h à l’hôtel de ville de Trois-Rivières. Le public pourra s’y présenter pour poser ses questions et émettre des commentaires. Le conseil municipal devra ensuite se prononcer de façon définitive sur le changement de zonage lors de la séance publique, à 19 h.