Le printemps en plein hiver

Trois-Rivières — L’épisode de redoux qu’a connu la région au cours de la journée de mardi a causé de nombreux désagréments, et ce, au grand dam des automobilistes, des piétons et des adeptes d’activités hivernales.

Selon Environnement Canada, les nuages qui ont survolé la Mauricie et le Centre-du-Québec avaient déjà laissé une quinzaine de millimètres de pluie derrière eux en fin de journée mardi. Les précipitations devaient se changer en verglas dans certains secteurs de la région au cours de la soirée en raison du léger refroidissement prévu. Les températures devaient remonter quelque peu par la suite et les précipitations devraient cesser complètement au cours de la journée de mercredi.

«Ça devrait durer près de 48 heures. Par la suite, nous allons demeurer quelques degrés sous les normales saisonnières mais les températures chuteront. Pour jeudi matin, ça devrait être autour de -10 degrés Celsius. On retournera ensuite autour de zéro pour le week-end. Ça sera un peu au-dessus des normales, mais ce n’est pas considéré comme un épisode de redoux important. Il a un système à surveiller pour dimanche qui pourrait apporter un mélange de précipitations, mais c’est encore loin», explique Alexandre Parent, météorologue d’Environnement Canada.

Plusieurs employés des services des travaux publics des différentes villes et municipalités ainsi que de Transport Québec ont été à l’œuvre pendant une bonne partie de la journée de mardi afin d’épandre des substances abrasives sur le réseau routier et les trottoirs. D’autres ont consacré leurs efforts à déglacer les puisards afin de réduire le plus possible les accumulations d’eau sur la chaussée. Par ailleurs, aucun incident fâcheux n’avait été rapporté, autant du côté de la Sûreté du Québec que de la police de Trois-Rivières en fin de journée mardi.

En plus des accumulations d’eau et la glace qu’on retrouve sur la chaussée et les trottoirs, la pratique des activités hivernales a été grandement compromise. Le centre de glisse Vallée du parc a notamment décidé de suspendre ses activités dès 16 h lundi et prévoit rouvrir jeudi matin.

Toutes les patinoires extérieures de la ville de Trois-Rivières sont également fermées depuis mardi. Le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant, confie que les responsables du service des loisirs craignaient que la pluie cause des dommages importants aux patinoires naturelles, ce qui pourrait entraîner leur fermeture définitive pour la saison, et ce, à moins de deux semaines de la relâche scolaire. Par contre, la patinoire réfrigérée Bleu Blanc Bouge de la Fondation pour l’enfance des Canadiens de Montréal sera de nouveau opérationnelle assez rapidement.

«Un temps comme ça avec de la pluie, ça pourrait sonner le glas de nos patinoires naturelles pour cette saison. Lorsque la pluie cessera, il va falloir que le froid s’installe afin que l’on puisse procéder à l’arrosage», explique le porte-parole.

Les patinoires extérieures shawiniganaises sont elles aussi fermées jusqu’à nouvel ordre. Les autorités municipales ne sont par contre pas en mesure de dire si elles allaient rouvrir cet hiver. Du côté de La Tuque, la station de ski alpin municipale ainsi que les surfaces glacées extérieures sont également fermées pour des raisons de sécurité. Les sentiers de patinage du Domaine de la forêt perdue à Notre-Dame-du-Mont-Carmel sont aussi présentement impraticables et devraient être de nouveau accessibles jeudi.

Question de dégager les embouchures de ses affluents, et ainsi, réduire les chances que des embâcles et des inondations surviennent prochainement, un aéroglisseur de la Garde côtière canadienne se trouve depuis lundi sur le fleuve Saint-Laurent dans le cadre d’une opération de déglaçage. Cette dernière devrait se poursuivre pendant encore plusieurs jours.

«Jusqu’à jeudi et vendredi, on travaillera à casser la glace sur la batture à la hauteur de Gentilly. Ce week-end, le déglaçage se poursuivra du côté sud du lac Saint-Pierre, si les conditions le permettent», mentionne Pascale Fortin, conseillère en communications pour Pêches et Océans Canada.

La Sécurité civile est également attentive afin de s’assurer de réagir rapidement si ce redoux vient qu’à entraîner des embâcles, des inondations, ou autres phénomènes malheureux.

«S’il se produit quelque chose, ça sera plus demain (mercredi). Comme il y a beaucoup de neige, une grande partie de la pluie a été absorbée. Il reste à attendre de voir comment ça va réagir avec la chaleur», mentionne-t-il.

Bécancour est déjà en mode prévention

Échaudée par le redoux de janvier, qui a fait lever prématurément le couvert de glace de la rivière Bécancour ainsi que par les importantes inondations du printemps 2017, la Ville de Bécancour est déjà prête à intervenir au cas où la situation dégénère au cours des prochaines semaines. Le maire de l’endroit, Jean-Guy Dubois, confirme que plusieurs réunions regroupant les intervenants municipaux mis à contribution lors du déclenchement de mesures d’urgence ont déjà eu lieu. De plus, la Ville procédera prochainement à la distribution de trousses de prévention aux citoyens riverains. Ces trousses comprendront notamment les mesures préventives et les actions à poser en cas d’inondations.