Flora Agritech érige une usine de production de cannabis thérapeutique à Bécancour.

Le pot thérapeutique d’abord

TROIS-RIVIÈRES — Alors que la légalisation du cannabis récréatif a entraîné une ruée vers les points de vente et une rupture de stock dans de nombreux produits, les gens impliqués dans la production de cannabis thérapeutique dans la région limitent leurs efforts à cet aspect du marché.

IsocanMed est pour l’instant la seule entreprise en Mauricie à posséder sa licence de production délivrée il y a près d’un an par Santé Canada. La production de cannabis thérapeutique est en cours depuis quelques mois, comme prévu, et la direction ne vise pas à modifier ses activités.

«On va se concentrer sur le thérapeutique pour avoir la licence de vente d’ici la fin de 2018 ou le début de 2019. C’est ce qu’on espère», raconte Érik Bertacchini, un des propriétaires d’IsocanMed.

La compagnie qui a investi 10 millions de dollars pour ériger une usine de 6000 mètres carrés (65 000 pieds carrés) à Louiseville prévoit toujours agrandir ses installations. La direction envisageait de franchir cette étape au cours de l’automne, mais le projet devrait plutôt être réalisé en 2019.

À Bécancour, Flora Agritech consacre quelque 40 millions de dollars à l’érection d’une usine de production de cannabis thérapeutique de 23 225 mètres carrés (250 000 pieds carrés). L’entreprise n’a toujours pas reçu la licence de production et c’est là-dessus que la direction concentre ses énergies en plus de voir à la bonne marche de la construction.

La production de cannabis thérapeutique est l’idée première de l’entreprise. Les dirigeants préfèrent demeurer discrets sur leur projet tant que le permis de production ne sera pas acquis.

Le projet de Déméter Organi-K de lancer une production de cannabis thérapeutique à Trois-Rivières est toujours actif. L’entreprise vise à s’établir dans le parc industriel des Carrefours.

Innovation et Développement économique (IDE) Trois-Rivières indique que des rencontres ont eu lieu l’été dernier avec les promoteurs du projet. Aucune annonce n’a encore été faite concernant le début de la construction de l’usine. Rappelons qu’en février dernier, la Ville de Trois-Rivières a accepté de prolonger jusqu’en février 2019 l’option d’achat d’un terrain accordée à la compagnie en 2016. Ledit terrain a une superficie de plus de 18 500 mètres carrés (plus de 200 000 pieds carrés).

La Ville de Nicolet a déjà déterminé que si des promoteurs souhaitaient lancer ce type de production sur son territoire, ces activités se dérouleraient dans ses zones industrielles. Jusqu’à maintenant, aucun producteur ne s’est manifesté à cet égard.