Sylvie Gervais, fondatrice de la coopérative Enfant Nature, accompagnée de la directrice générale du CPE Le Pipandor Josette Allard-Gignac.

Le Pipandor: une première dans la pédagogie des tout-petits

Shawinigan — Le Centre de la petite enfance (CPE) Le Pipandor a décidé de mettre la nature au cœur de la vie de ses tout-petits en implantant une nouvelle approche qui se nomme Enfant Nature. Cette vision, innovatrice au Québec, permet aux enfants de bénéficier de plusieurs activités éducatives en plein air, combinant à la fois apprentissage et plaisir.

«C’est nous qui avons créé le mot Enfant Nature. C’est la connexion entre l’enfant et la nature dans une perspective d’éducation. On sait que l’enfant, quand il est dans un contexte naturel, apprend beaucoup plus vite», explique Sylvie Gervais, fondatrice de la coopérative Enfant Nature.

Cette approche encourage les enfants à aimer la nature par un contact direct avec elle. «À la place de prendre les collations et les dîners à l’intérieur, les enfants le font à l’extérieur. Ils font même leur sieste à l’extérieur. Par la suite, ils partent avec leur sac à dos et ils passent la journée dehors. Ils découvrent tous les éléments de la nature et ça devient leur jouet de stimulation», précise Josette Allard-Gignac,la directrice générale du CPE.

Le Pipandor est le premier centre de la petite enfance à implanter ce programme dans la province. L’initiative provient de Mme Gervais qui a eu un coup de cœur envers cette philosophie. «[Cette vision] vient d’abord des pays scandinaves.Au départ, j’ai eu une formation aux États-Unis et après j’ai été en Écosse pour me faire former à cette pédagogie de la nature», raconte la fondatrice. De retour au Québec, Mme Gervais a partagé sa découverte avec la directrice du CPE. Cette dernière a tout de suite été charmée par le projet.

«Ça vient me chercher. La nature, je trouve que c’est un endroit où souvent on devient moins anxieux. Souvent, quand tu es stressé, tu vas dans la nature et tu deviens plus zen», soutient-elle.

En vue des activités de plein air, Le Pipandor a dû s’équiper en conséquence. «On a investi pour ça. On équipe tous les enfants. On le sait qu’ils jouent dans la bouette et les parents n’ont pas tous la même chance d’avoir l’habillement adéquat. On a décidé d’investir dans l’habillement à la place d’investir dans les modules de jeux», soutient la directrice générale.

Cinq ans ont été nécessaires afin d’adapter ce concept scandinave à la réalité québécoise. Le projet a débuté avec les enfants âgés de quatre ans. Maintenant, le programme s’étend sur toutes les catégories d’âges.

Aussi, un laboratoire vivant a été créé en partenariat avec l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). «Les chercheurs de l’UQTR suivent nos groupes d’enfants pour voir l’impact que la nature a sur leur santé, leur bien-être et leur développement», exprime Mme Allard-Gignac, avec fierté.

À la suite de leur nouvelle orientation, Le Pipandor a décidé d’actualiser son image de marque. Un nouveau logo a été inauguré afin de mieux refléter le programme Enfant Nature. Le symbole de l’arbre est en avant plan. «Les enfants s’enracinent. Ils font leurs racines dans les centres de la petite enfance. Le tronc représente le développement de l’enfant et les branches, c’est le plaisir et la lumière qui tend vers le futur», indique la directrice générale. Le site web du CPE a aussi connu un brin de fraîcheur.

Actif dans la communauté shawiniganaise depuis 1977, Le Pipandor accueille chaque jour environ 230 enfants dans quatre installations. Il est un acteur économique important avec son budget de plus de 4 millions, faisant de lui le plus grand CPE de la région.