Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, a été accueilli en héros par de nombreux partisans réunis au Quai des brasseurs à Bécancour.

Le parrain caquiste de la Mauricie, Donald Martel, n'est plus seul

BÉCANCOUR — «Je suis vraiment content. C’est un beau cadeau. Merci de m’avoir appuyé. Mon équipe sur le terrain était extraordinaire de même que mon personnel de bureau. Tout le monde, je vous remercie. Pour les quatre prochaines années, c’est un rêve d’avoir pu gagner le comté et d’avoir un gouvernement majoritaire.»

Voilà les premiers mots que Donald Martel a adressés à ses partisans réunis au Quai des brasseurs, à Bécancour. C’est sans surprise qu’il aura été réélu pour un troisième mandat comme député provincial de Nicolet-Bécancour en écrasant ses principaux rivaux, Lucie Allard, du Parti québécois, Marie-Claude Durand, du Parti libéral du Québec et François Poisson, de Québec solidaire, avec plus de la moitié des voix. Et cette fois, le parrain caquiste de la Mauricie n’est plus seul avec l’élection de collègues de l’autre côté du pont Laviolette et, par surcroît, il passe maintenant de l’opposition au pouvoir... avec une perspective de ministère.

«Je vais faire ce qu’il va me demander tout simplement. Je voulais être député. M. Legault va faire son travail», a-t-il prudemment confié au Nouvelliste par rapport au sort que lui réserve son chef dans le nouveau gouvernement caquiste. «C’est un moment historique pour le Québec. C’est certain que vous ne regretterez pas notre élection. Nous allons gouverner de manière responsable», a-t-il lancé à ses militants visiblement ravis.

Lors de cette soirée de célébration, on y aura aperçu brièvement un militant libéral alors que l’organisation de Marie-Claude Durand avait initialement invité ses troupes au Quai des brasseurs avant de réajuster le tir et trouver un autre lieu de rassemblement.

Le député Martel a souligné «avoir travaillé de manière rigoureuse depuis six ans». «J’y croyais à cette troisième voie. C’est pour ça qu’on s’est battu. On sentait vraiment le changement. Mais le résultat dépasse mes attentes», a-t-il avoué.

Celui-ci était visiblement fier d’avoir livré la marchandise au niveau du recrutement de candidats en Mauricie. «Nous avons une équipe exceptionnelle, qui n’aura jamais eu autant de compétence et d’influence», a-t-il affirmé.

Même si sa position au sein d’un gouvernement est nouvelle, il retrouvera de vieux dossiers dès le 2 octobre. En effet, le lock-out à l’Aluminerie de Bécancour n’est toujours pas réglé. Reste à voir si le premier ministre François Legault tiendra son engagement de se rendre au siège social de la multinationale.


« On sentait vraiment le changement. Mais le résultat dépasse mes attentes »
Donald Martel

«Si François Legault devient premier ministre, il va s’immiscer directement dans le conflit en rencontrant les dirigeants de l’entreprise», avait d’ailleurs déclaré le député de la CAQ lors du débat radiophonique organisé par la Chambre de commerce et d’industrie du Cœur-du-Québec.

Le doublement de la 55 et le développement du parc industriel de Bécancour feront aussi partie de ses préoccupations. «On a fait nos devoirs et pour notre gouvernement, le développement économique sera la priorité», a-t-il conclu.