Un seul missile américain Tomahawk comme celui-ci coûte environ 1,2 million $CAN. Le 7 avril 2017, l’armée américaine a lancé 59 de ces missiles sur la Syrie (71 millions $US). En 2019, les dépenses militaires mondiales se sont élevées à 1900 milliards de dollars US.
Un seul missile américain Tomahawk comme celui-ci coûte environ 1,2 million $CAN. Le 7 avril 2017, l’armée américaine a lancé 59 de ces missiles sur la Syrie (71 millions $US). En 2019, les dépenses militaires mondiales se sont élevées à 1900 milliards de dollars US.

Le monde vu d'ici: 200 millions à la minute...

COLLABORATION SPÉCIALE / Non, ce n’est pas une distance en années-lumière ni un trajet en millions de km... mais bien la somme qui se dépense en 60 secondes à l’échelle de la planète pour la défense, la militarisation et les armements. En 2019, cela représentait un montant total de 1900 milliards de dollars américains. Une hausse de quelque 50 milliards de dollars par rapport à 2018 et 100 de plus qu’en 2017. Pour avoir une idée en dollars canadiens, il faut ajouter un taux de change d’environ 40 % (mai 2020), ce qui propulse la cagnotte à près de 2700 milliards $ CAN.

Il y a de quoi aller du plus petit au plus grand. Le Costa Rica, petit pays d’Amérique latine, n’a qu’un tout petit budget militaire, étant arrondi à zéro dans les données du Stockholm international peace research institute (SIPRI). À l’opposé, quatre grandes puissances se répartissent plus de la moitié du budget mondial dédié aux armements, soit les États-Unis, la Chine, l’Inde et la Russie.

Pour se faire une idée plus claire du niveau de dépenses militaires, il est nettement préférable de comparer les pays en fonction de la dépense par habitant (per capita). Et là, le palmarès s’enrichit considérablement. Ainsi, on apprend qu’à ce chapitre, Israël arrive en tête, dépensant plus par habitant que les États-Unis, soit 2400 $ par rapport à 2223 $. Suivent des États comme Singapour, le Koweït et l’Arabie Saoudite, avec un montant supérieur à 1800 $ per capita. Au Canada, 593 $ US sont dépensés par habitant chaque année à des fins de militarisation et d’armement.

En 2019, 3,2 % des dépenses du gouvernement canadien étaient allouées à la défense alors que cette proportion était presque trois fois plus élevée chez nos voisins du sud, avec 9,4 % du budget. Bien sûr, les États-Unis sont la plus grande puissance militaire et économique au monde! Mais il y a des États beaucoup plus petits qui consacrent une part encore plus significative de leur budget national aux dépenses militaires. C’est le cas de presque tous les pays du Moyen-Orient, ou, par exemple, sur 100 dollars de dépenses gouvernementales, 20 vont à la militarisation et aux armements en Arabie Saoudite, 15 au Koweït et 13 en Israël. Les autres nations de la région ont toutes un ratio qui dépasse 10 % ! À l’échelle mondiale, l’Arabie Saoudite partage le classement des pays ayant la plus grande part d’un budget consacré à la défense avec Singapour, Oman, le Pakistan et le Bélarus.

Ailleurs dans le monde, le continent africain n’est pas en reste. En 2019, la défense représentait plus de 10 % des dépenses gouvernementales dans huit pays de cette région du monde, en incluant l’Algérie. Pour d’autres, la croissance monte en flèche depuis quelques années comme au Burkina Faso par exemple. D’ailleurs, le SIPRI recensait en 2019, uniquement dans l’Afrique subsaharienne, 11 pays en proie à des conflits armés.

Les peuples d’Amérique latine ont longtemps été soumis à des dictatures militaires. Le retour graduel à la démocratie a eu comme impact une baisse lente, mais constante des budgets affectés à la défense. En 2019, la Colombie fait exception à la règle avec 11 % de son budget consacré à la défense. En fait, la tentation totalitaire subsiste un peu partout.

Évidemment, on ne dépense pas pour de la quincaillerie militaire juste pour dépenser. Dans plusieurs pays, il y a un état de guerre endémique; ailleurs ce sont les forces policières qui utilisent du matériel militaire pour le contrôle des foules, perpétuer la répression et étouffer les revendications démocratiques. Quand vous avez 200 millions de dollars à dépenser à de telles fins pour chaque minute qui passe dans le monde, vous ne vous faites pas beaucoup d’amis, à l’exception des ennemis de la paix, de la justice et de la démocratie. 

Pour en savoir plus: www.cs3r.org

Jules Bergeron, Comité de solidarité/Trois-Rivières