Nicole Morin

Le ministère de l’Agriculture dans Maskinongé?

LOUISEVILLE — Alors que le Parti québécois s’est engagé à régionaliser cinq directions de trois ministères, la candidate dans Maskinongé, Nicole Morin, veut accueillir le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dans son comté. Et à l’instar de son parti, qui veut stopper tout projet de centralisation, elle veut que le milieu définisse sa structure de concertation et de décision.

Dans le domaine agricole, Mme Morin veut mettre un frein aux spéculateurs qui s’accaparent des terres sans les exploiter. En ce sens, le PQ s’engage à faciliter l’accès rapide à un financement abordable par diverses mesures telles que la préautorisation d’un financement par la Financière agricole et l’allégement du fardeau fiscal des agriculteurs via le déplafonnement du programme de crédit de taxe foncière agricole.

Soucieux de protéger la gestion de l’offre dans le domaine du lait, des œufs et de la volaille, son parti exigera, dit-elle, du gouvernement fédéral une compensation pleine et entière si jamais celui-ci devait se plier aux exigences américaines dans la négociation de l’ALÉNA.

«Nous souhaitons également maintenir et développer des fermes à dimension humaine. Nous encourageons la culture biologique et favorisons l’achat local. Et nous souhaitons affirmer la politique de souveraineté alimentaire en nous assurant que nos aliments produits ici constituent plus de 50 % de l’approvisionnement de nos institutions telles que les garderies, écoles et hôpitaux», conclut la candidate péquiste.

Marie-Claude Durand s’engage pour la 55

Pour la candidate libérale dans Nicolet-Bécancour, Marie-Claude Durand, le dédoublement de l’autoroute 55 fait partie des dossiers prioritaires qu’elle veut travailler dans le cadre d’un futur mandat.

«Je m’engage à suivre l’évolution du dossier de l’autoroute 55, car cet axe routier est l’épine dorsale de l’économie centricoise et joue un rôle très important dans le corridor Québec-New York. Je me réjouis que le projet figure déjà au PQI 2017-2027. Je m’engage également à soutenir le projet de la construction d’un viaduc à la hauteur du chemin Forest afin qu’il fasse partie des travaux priorisés», a-t-elle fait savoir.


Marie-Claude Durand

Si, dit-elle, c’est une bonne nouvelle en soi que le projet figure au PQI 2017-2027, il faut sécuriser rapidement les
accès à l’autoroute 55 entre Saint-Grégoire et Saint-Célestin. Dès 2020, les travaux pourraient être enclenchés, et ce, par la construction d’un viaduc à la hauteur du Chemin Forest. 

«Puisque l’autoroute 55 bénéficie de doubles voies sur sa portion mauricienne, il semble tout naturel, pour des raisons de sécurité et de fluidité économique, qu’il en soit ainsi de Saint-Grégoire à l’autoroute 20. Nous croyons fermement que la sécurité des usagers et le développement d’un tronçon économique de cette envergure constituent une opportunité d’investissement bénéfique
pour la société québécoise» rappelle celle qui se félicite d’y aller d’un autre engagement local, et non national.

Simon Piotte appuie le  communautaire dans Maskinongé

Le candidat de Québec solidaire dans Maskinongé, Simon Piotte, a fait part de ses engagements en matière de soutien aux organismes communautaires. Révision de leur mode de financement et accroissement des places en CPE seront au cœur de ses priorités.

Il s’appuie d’ailleurs sur son expérience personnelle pour défendre une position axée sur le financement à la mission. 


Simon Piotte

Selon lui, les ressources doivent être affectées à l’accomplissement du travail sur le terrain, «et non à la rédaction répétitive de demandes de subventions fastidieuses».

De plus, M. Piotte a plaidé pour une véritable stratégie de lutte à la pauvreté, proposant un salaire minimum à 15 $. Et il s’engage à laisser à une équipe de représentants des organismes communautaires du comté le soin de gérer elle-même une partie de l’enveloppe discrétionnaire du député.

Revenant sur la fermeture abrupte du centre communautaire de Louiseville, M. Piotte dit s’inquiéter de la précarité dans laquelle se retrouvent nombre d’organismes qui
évoluaient déjà dans des conditions difficiles. «Ce dossier sera prioritaire au lendemain de l’élection», a-t-il conclu.

Steven Roy Cullen parle de démocratie participative

 Le candidat de Québec solidaire dans Champlain, Steven Roy Cullen, a annoncé ses mesures pour favoriser une meilleure démocratie participative dans la circonscription.

«Je ne suis pas le premier à le dire, la démocratie ne doit pas se résumer à un vote aux quatre ans. Il faut trouver des manières d’engager les citoyens et les citoyennes dans les prises de décision à l’Assemblée nationale.
La démocratie participative, il faut y travailler. Ça prend un député proactif qui va vers les gens pour solliciter leur participation», a-t-il souligné.


Steven Roy Cullen

Selon lui, un député se doit d’être accessible pour favoriser une meilleure participation citoyenne, d’où son intention d’ouvrir un troisième bureau à Sainte-Thècle, après Cap-de-la-Madeleine et Sainte-Geneviève-de-Batiscan. 

Et il veut organiser des cafés-rencontres mensuels itinérants afin de prendre le pouls de la population et de la tenir informée des travaux parlementaires.

Finalement, M. Roy Cullen s’engage à allouer 40 % de son budget discrétionnaire de député à la communauté sous une forme de budget participatif. 

«Chaque année, les organismes ou des groupes de citoyens de la circonscription de Champlain pourront déposer des projets porteurs pour la communauté et c’est cette dernière qui aura le loisir de voter pour le ou les projets désirés. Ça ressemble à ce qui se fait du côté de la Ville de Nicolet actuellement», a-t-il conclu.