Donald Martel en compagnie du maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, lors de l'élection de lundi dernier. M. Dubois est au nombre des signataires de la lettre envoyée à Grançois Legault.

Le milieu interpelle le premier ministre

BÉCANCOUR — Ayant déjà exprimé à haute voix leur souhait de voir Donald Martel accéder au conseil des ministres, voilà que des élus et citoyens engagés situés sur le territoire de la MRC de Bécancour interpellent directement en ce sens le premier ministre élu François Legault.

«Nous considérons que Donald Martel, un de vos fidèles soldats de la première heure, doit être sérieusement considéré dans votre sélection de ministres ou postes majeurs dans votre gouvernement», peut-on lire dans une lettre datée du 3 octobre et signée par le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, le maire de Saint-Léonard-d’Aston, Jean-Guy Doucet, le préfet de la MRC de Bécancour, Mario Lyonnais, le président de la Fondation médicale Jean-Pierre Despins, René Bérubé et le président de la Coop Solidarité Santé JP Despins, Denis Roy.

Les commentaires et prédictions de journalistes les amènent à craindre que le député caquiste de Nicolet-Bécancour «ne soit pas du nombre de vos ministres, laissant place aux nouvelles vedettes», ce qui inquiète notamment Mario Lyonnais.

«On a une interrogation, c’est certain, on se demande pourquoi on n’en entend pas parler. C’est pour ça qu’on a fait cette démarche. On entend souvent parler que telle personne va être à la santé, ou telle personne va être là, mais on n’entend rien pour M. Martel.»

René Bérubé, l’instigateur de cette démarche, rappelle pour sa part que la circonscription n’a pas eu de ministre depuis 50 ans. Sa démarche avait pour but de faire part directement et rapidement au nouveau premier ministre de la mobilisation de plusieurs intervenants de la circonscription pour que M. Martel obtienne un rôle dans le prochain gouvernement.

«Donald est député depuis plusieurs années, il fait un bon travail et pour nous, je pense que c’est important d’avoir plus qu’un député pour le comté. On veut être les premiers sur la ligne de départ pour arriver les premiers au fil d’arrivée, on ne veut pas qu’il soit oublié,» a indiqué M. Bérubé.

Jean-Guy Doucet, maire de Saint-Léonard-d’Aston, abonde dans le même sens. «On a un député qui est là depuis longtemps, qui a travaillé avec nous autres, qu’on connaît bien et qui connaît nos priorités. En plus, ça fait tellement longtemps que notre comté n’est pas au pouvoir, on aimerait bien ça que notre député ait un poste intéressant.»

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, espère quant à lui que la candidature de Donald Martel ne soit pas écartée à la faveur de celle d’un candidat-vedette. «C’est un peu naturel de prendre des candidats-vedettes qui ont tous une grosse histoire, c’est plus facile, a-t-il reconnu. Donald n’a pas été un gars avec une grosse histoire, mais c’est un bon député.»

Pour sa part, le député Martel n’a pas caché son malaise par rapport à cette démarche. «Ce n’est pas mon initiative. Je fais confiance à M. Legault. Il a un jeu de cartes rempli d’atouts. Je veux le laisser faire, je n’ai pas l’idée de m’immiscer, je vais faire ce qu’il me demande. Moi, je me suis présenté pour être député», a-t-il conclu.

Avec Matthieu Max-Gessler