Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, fait sonner les cloches de l’église de sa municipalité tous les soirs. Il le voit comme un signe de solidarité. ­
Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, fait sonner les cloches de l’église de sa municipalité tous les soirs. Il le voit comme un signe de solidarité. ­

Le maire Deshaies fait sonner les cloches à Louiseville

Marie-Eve Lafontaine
Marie-Eve Lafontaine
Le Nouvelliste
LOUISEVILLE — Coller un dessin d’arc-en-ciel ou un cœur à la fenêtre, flasher les lumières, allumer une bougie... En ces temps de confinement, tous les moyens sont bons pour afficher notre solidarité et rappeler qu’on fait toujours partie d’une grande communauté. Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, a décidé, pour sa part, de faire sonner les cloches de l’église Saint-Antoine-de-Padoue, tous les soirs, à 20 h.

«C’est pour être solidaire avec tous les gens. C’est un son universel. Ce n’est pas une question de religion. Les cloches, pour moi, ça n’a pas de frontière. C’est en l’honneur de tous ceux qui travaillent pour nous: les gens de la santé, du domaine de l’alimentation, policiers, pompiers, etc. Et pour les gens en isolement aussi», raconte-t-il.

Depuis vendredi, il fait donc sonner les cloches de deux à trois minutes. Il aimerait bien que d’autres paroisses emboîtent le pas. «C’est le temps de les faire vibrer», mentionne-t-il, en parlant des églises. Les Louisevillois semblent apprécier son initiative. «J’ai des bons commentaires des gens. Ça leur fait du bien.»

Rappelons par ailleurs que toutes les cérémonies religieuses sont annulées jusqu’à nouvel ordre dans l’ensemble du diocèse.

À Louiseville, comme ailleurs, la ville semble déserte. «À Louiseville, c’est tranquille comme partout ailleurs. Les gens respectent pas mal la consigne de M. Legault. Ça va très bien.»