Le maire e La Tuque, Pierre-David Tremblay

Le maire de La Tuque visé par une enquête du DGEQ? «Je n’ai rien à me reprocher»

LA TUQUE — «Je n’ai rien à me reprocher, c’est clair? Je ne suis accusé de rien. Pour moi, c’est de l’acharnement».

Le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay, a profité de l’assemblée publique du conseil d’agglomération pour se défendre des propos tenus, par un ancien candidat aux élections de 2017, dans un article du Nouvelliste dévoilant qu’une enquête aurait été ouverte à son sujet par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ). «Une personne qui n’est pas identifiée, candidat à l’élection de 2017, laisse sous-entendre que je n’étais pas sur la liste électorale. Il s’agit de propos qui ne peuvent pas être sans gravité. Ces propos créés des dommages […] Ça remet en question ma légitimité comme maire, mais aussi de ma crédibilité», a-t-il affirmé.

Le maire de La Tuque a tenu à faire le point, mais a refusé de confirmer ou d’infirmer qu’il avait été rencontré officiellement par des enquêteurs du DGEQ. Il a réitéré «qu’il n’avait pas à répondre à ça».

Il s’en est plutôt pris à l’ancien candidat qui a fait une déposition à des enquêteurs du DGEQ au mois de juin dernier, dont Le Nouvelliste a obtenu copie, dans laquelle on pouvait lire que le candidat avait «constaté que M. Tremblay n’y était pas inscrit (sur la liste électorale)».

«J’aurais aimé que cette personne-là, ou encore un groupe, le fasse à visage découvert. […] Je dis ce que je pense, je réponds. Je ne fais pas toujours dans la facilité. J’aurais aimé que ces gens-là soient assez francs pour me rencontrer ou me questionner avec leur identité. J’aurais aimé qu’on me le fasse en pleine face. Pour moi, c’est de l’hypocrisie», a lancé Pierre-David Tremblay.

Le maire de La Tuque s’est ouvertement questionné sur la nécessité et l’utilité de ces propos près de deux ans après l’élection. «Qui sont ces gens qui veulent me discréditer? Le font-ils pour des raisons électorales? Le font-ils parce que je ne sers pas leurs intérêts? À qui ça profite de remettre en question ma présence sur cette chaise».

Pierre-David Tremblay n’a pas manqué de rappeler que depuis l’élection, lui et son équipe travaillent «dans un seul but, l’intérêt collectif des citoyens».

«On a freiné les dépenses, on a arrêté d’augmenter la dette, on a développé une meilleure gouvernance, on a drôlement amélioré le service à la clientèle, on a gardé un taux de taxation bas et compétitif et le bilan continue», a-t-il fait valoir.

«En laissant supposer que je suis illégal, ça entraîne des conséquences. Ça entache également le processus électoral de Ville de La Tuque. Je suis sur la liste électorale. J’ai même voté […] Si vous n’êtes pas sur la liste électorale, vous ne votez pas. J’ai voté… », a-t-il affirmé.

Le greffier de la Ville, qui était le président d’élection pour l’élection de 2017, a lui aussi cru bon faire le point sur la situation. Il a affirmé que Pierre-David était bel et bien sur la liste électorale de la dernière élection municipale de novembre 2017. «Je trouve déplorable qu’un ancien candidat véhicule que M. Pierre-David Tremblay n’était pas sur la liste électorale. Je dois rectifier cette affirmation», a indiqué Jean-Sébastien Poirier.

Ce dernier a confirmé que M. Tremblay était inscrit sur la liste électorale dans le district numéro 2 à titre de non domicilié.

Jean-Sébastien Poirier a également expliqué que les non domiciliés sont invités à s’inscrire pour pouvoir voter depuis 2005 sur le territoire. Ils avaient jusqu’au 21 octobre 2017 pour s’inscrire lors de la dernière élection. «Le 21 août 2017, j’ai reçu le formulaire d’inscription de M. Pierre-David Tremblay pour pouvoir s’inscrire sur la liste électorale. […] Après vérification, j’ai inscrit M. Tremblay», a-t-il confirmé.