Le M/S Marina est arrivé à Trois-Rivières lundi soir.

Le M/S Marina accueilli en urgence à Trois-Rivières

Trois-Rivières — Innovation et développement économique Trois-Rivières ainsi que le Port de Trois-Rivières, la Ville et la Sécurité publique ont dû mettre en place une opération spéciale d’urgence afin de recevoir plus tôt que prévu le M/S Marina, ce navire de croisière qui devait accoster à Trois-Rivières un peu plus tard cette semaine. Or, en raison du trop haut niveau du fleuve, le Marina ne pouvait poursuivre sa route vers Montréal tel que prévu et a plutôt terminé son voyage à Trois-Rivières tard lundi soir. Une décision qui a demandé un tour de force logistique hors du commun.

«Le niveau du fleuve est si élevé que le bateau ne peut pas passer sous le pont Laviolette. Le tour opérateur, Destination North America, a pris la décision de terminer son voyage chez nous», résume le coordonnateur chez IDÉ Trois-Rivières, Jean Perron.

Depuis vendredi, IDÉ Trois-Rivières, la Ville et le Port de Trois-Rivières ont donc travaillé sans relâche pour planifier le débarquement des passagers, puis l’embarquement de nouveaux passagers qui repartiront d’ici en direction de Southampton en Angleterre, où l’arrivée est prévue pour le 2 juin. 

En tout, ce sont 2000 valises qui devront être débarquées du navire, classées par code de couleurs et remises aux passagers qui, eux, devront prendre des autobus en direction de Montréal, soit vers l’aéroport pour prendre des vols dès 11 h mardi matin, ou encore vers des hôtels où plusieurs avaient déjà prévu allonger leur séjour. Ces mêmes autobus ramèneront de nouveaux passagers de l’aéroport qui, eux arrivaient pour embarquer à bord et débuter leur voyage vers l’Angleterre. L’embarquement se déroulera mardi et mercredi, soit la journée prévue pour l’escale à Trois-Rivières. L’équipe d’IDÉ Trois-Rivières confirme d’ailleurs que les excursions qui étaient au programme mercredi pour les passagers auront lieu tel que prévu.

Le bateau devra quant à lui être ravitaillé, vidangé et remis en état pour les 1250 nouveaux passagers et 800 membres d’équipage qui rembarquent à bord pour un autre voyage de plus de trois semaines vers l’Angleterre. De nombreux camions de ravitaillement devront donc faire des allers-retours au parc portuaire afin de permettre aux travailleurs d’effectuer leurs tâches.

Pour que les opérations se déroulent bien, l’accès au parc portuaire sera restreint au public pour les prochains jours, et le tunnel du parc portuaire sera fermé à la circulation pour faciliter les opérations. Par ailleurs, IDÉ Trois-Rivières a fait appel à plusieurs partenaires, notamment des étudiants du Collège Laflèche, afin de venir prêter main forte à cette opération hors de l’ordinaire.

Pour Jean Perron, il s’agit évidemment d’une gestion en urgence, mais qu’IDÉ Trois-Rivières souhaite saisir comme une belle opportunité de faire ses preuves face au tour opérateur. «On le voit comme un beau test que nous avons à passer, et à mon avis c’est très positif. Même si ça nous demande énormément de travail, on pense qu’en remplissant toutes les demandes avec efficacité, nous allons gagner leur confiance et le tour opérateur aura envie de revenir plus souvent. C’est une grosse compagnie qui génère beaucoup de trafic au niveau des croisières alors on veut que tout soit parfait et être au-devant de tous les besoins», indique Jean Perron.

«Le défi est énorme, car nous avons eu peu de temps pour nous préparer, mais c’est surtout une occasion exceptionnelle de prouver que Trois-Rivières a tout ce qu’il faut pour accueillir des turnaround, comme les ports de Québec et Montréal. Nous espérons vivement avoir la chance d’en recevoir d’autres dans le futur, car les retombées économiques reliées à l’arrivée et au départ des croisiéristes sont majeures», ajoute Daniel Rioux, coordonnateur au tourisme chez IDÉ Trois-Rivières.

L’organisme a d’ailleurs invité les Trifluviens à accueillir chaleureusement les passagers et membres d’équipage qui seront de passage dans la ville mardi et mercredi.