Victor Vrsnik, vice-président et trésorier de la SCRP, entouré des deux créateurs de la campagne de communication, Jean-François Hinse, conseiller en communications à l’UQTR et Jessica Ménard, chargée de cours et membre du Loricorps.

Le Loricorps de l’UQTR reçoit un prix d’excellence

La Société canadienne des relations publiques a attribué le prix d’excellence au Loricorps de l’UQTR pour sa campagne de communication intitulée Optimisation de la notoriété du Loricorps (Laboratoire de recherche interdisciplinaire sur les troubles du comportement alimentaire en lien avec la réalité virtuelle et la pratique physique) de l’UQTR et sensibilisation aux troubles alimentaires.

Dans le cadre de son gala annuel qui s’est déroulé le 28 mai dernier à Charlottetown, la Société canadienne des relations publiques a remis ce prix qui souligne la grande valeur des activités de communication réalisées par un établissement d’enseignement postsecondaire pour faire connaître l’impact de la recherche en sciences humaines.

Cette campagne de communication dirigée par Jessica Ménard, Ph. D. en psychologie et Jean-François Hinse, conseiller en communication, a permis de positionner le laboratoire à titre d’expert lorsqu’il est question de troubles du comportement alimentaire.

«Le rayonnement de notre université a toujours été pour moi une priorité et une immense source de fierté. Cette reconnaissance nationale met en valeur non seulement l’exceptionnel travail du Loricorps et sa croissance fulgurante, mais également le remarquable travail d’équipe mené par des personnes provenant de différents départements et services», souligne le recteur Daniel McMahon avec fierté.

Les diverses actions de communication ont également permis de générer une hausse de 22,4 % du nombre de demandes d’admission au programme d’intervention du Loricorps destiné aux personnes présentant des troubles du comportement alimentaire (TCA).

Comptant 39 membres, dont 12 professeurs, 12 étudiants, sept professionnels et sept partenaires externes, le Loricorps se démarque par son approche transdisciplinaire en recherche, en formation et en intervention.

Quotidiennement, les départements de l’UQTR en sciences de l’éducation, ergothérapie, sciences infirmières psychoéducation, psychologie, chiropratique, génie électrique et génie informatique transfèrent leur expertise pour répondre à cette problématique complexe que sont les TCA. Au Québec, on estime d’ailleurs que 300 000 personnes sont atteintes ou susceptibles de développer un trouble alimentaire.