Le lac Saint-Pierre sera soulagé de 20 000 obus d’ici neuf ans.
Le lac Saint-Pierre sera soulagé de 20 000 obus d’ici neuf ans.

Le lac Saint-Pierre soulagé de 20 000 obus

Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) tiendra une séance d’information publique le 9 novembre prochain dans le but de renseigner la population sur le projet de la Défense nationale de retirer près de 20 000 obus qui se seraient retrouvés dans le lac entre 1952 et 1999.

Il faut dire qu’à l’époque, la Défense procédait à des tests de tirs de projectiles dans le lac Saint-Pierre pour mettre ses munitions à l’épreuve. Il y en aurait toujours 7880 qui posséderait une charge explosive pouvant avoir des conséquences néfastes.

Ainsi, la rencontre de novembre doit se dérouler entièrement de façon virtuelle. Elle vise à expliquer les préoccupations du BAPE sur les impacts environnementaux résultant de l’explosion de ces obus. L’organisme estime que des conséquences importantes pourraient se faire sentir sur la faune, la flore, la qualité de l’eau, l’environnement sonore, le patrimoine naturel et le milieu humain.

«Afin d’éviter des impacts sur les activités de montaison, de reproduction, d’incubation des œufs et d’alevinage des espèces de poissons présentes dans le lac Saint-Pierre, ainsi que sur le pic de migration des oiseaux, les travaux de détonation sur place (in situ) seraient réalisés entre le 1er août et le 31 décembre, ou jusqu’à la prise des glaces. Selon l’initiateur, les impacts résiduels seraient mineurs puisque la période jugée à risque pour ces espèces est le printemps», peut-on lire dans un communiqué du Bureau, où l’on précise également qu’il sera impossible d’éviter la mort de certaines plantes et de la faune benthique aux endroits où des détonations auront lieu.

La Défense nationale prévoit faire exploser environ 2400 obus chaque année, sur une période de neuf ans, afin de minimiser les impacts sur l’écosystème.

La rencontre aura lieu à 19h30 sur la page web du BAPE ainsi que sur la page Facebook de ce dernier.