Certaines routes commencent à être inondées, en Mauricie.

Le lac Saint-Pierre gonfle, mais la situation demeure sous contrôle [PHOTOS]

TROIS-RIVIÈRES — Les fins observateurs et les personnes qui ont une résidence sur les berges du lac Saint-Pierre l’ont assurément remarqué ces derniers jours: l’eau monte. Au cours de la journée, samedi, le niveau du lac Saint-Pierre est monté à 2,83 mètres, soit au-dessus du seuil d’inondation mineure. Il n’y a toutefois pas de quoi s’inquiéter pour le moment, selon la Sécurité civile.

Selon Sébastien Doire, directeur de la Sécurité civile dans la région, il ne faut pas s’attendre à voir le niveau du fleuve redescendre de sitôt, puisque les Grands Lacs, en particulier le lac Supérieur, sont pleins. Heureusement, bien que le soleil et le mercure soient propices à la fonte des neiges, les nuits relativement froides évitent que les rivières se remplissent rapidement et fassent de même avec le lac Saint-Pierre.

«Il va rester à voir la température qu'on aura en Ontario et ici, des deux côtés du fleuve. Mais d'ici à la mi-avril, ça devrait continuer comme ça», indique M. Doire.

Présentement, quelques secteurs sont affectés par la montée des eaux. Il s'agit toutefois d'endroits où les résidents sont habitués, chaque année, à devoir prendre certaines mesures pour protéger leur résidence ou leur chalet de ce phénomène.

«Il y a de l'eau sur certaines routes et autour de quelques maisons, mais les gens sont prêts. Certains ont déjà commencé à se stationner le long de la route», illustre M. Doire.

Les secteurs touchés sont ceux qui le sont habituellement chaque printemps. Il s'agit notamment du rang du Chenal Tardif et du chemin de la Coulée, à Pierreville, du chemin Louis-Gatineau, à Yamachiche, de l'avenue du Lac Saint-Pierre Est, à Louiseville, et de la route de la Langue-de-terre, à Maskinongé.

Des citoyens préparaient d'ailleurs des sacs de sable, samedi, sur le chemin Louis-Gatineau, une mesure purement préventive, selon eux.

La Garde côtière se tient également prête à signaler aux bateaux qui circulent sur le chenal du lac Saint-Pierre de ralentir leur allure afin d'éviter les dégâts causés par les vagues, indique M. Doire.

Au printemps 2019, plus d'un millier de résidences de la région ont été inondées ou isolées par la montée des eaux.