Le Groupe scout du centre-ville de Shawinigan reprend ses activités ces jours-ci, dans les mêmes locaux qu’il souhaite quitter aussitôt que possible.

Le Groupe scout du centre-ville de Shawinigan toujours à la recherche d’un local

SHAWINIGAN — Septembre rime non seulement avec la rentrée des classes, mais également avec celle des groupes scouts de partout à travers la région. Or, les jeunes affiliés à la meute du centre-ville de Shawinigan entreprennent la nouvelle saison comme ils ont terminé la dernière: sans savoir où ils pourront s’établir à long terme.

Le Groupe scout du centre-ville de Shawinigan s’est entretenu avec un entrepreneur de Notre-Dame-du-Mont-Carmel pour la vente du local de l’avenue des Cèdres, un immeuble désuet nécessitant des réparations que l’organisme ne pouvait assumer. La transaction n’est toujours pas officiellement conclue, ce qui permet aux jeunes d’entreprendre leur nouvelle année en se réunissant au même endroit.

«On cherche encore un nouveau local», laisse tomber Jean-François Déry, animateur et porte-parole du Groupe scout du centre-ville de Shawinigan. «Nous avons deux prospects en vue. Nous sommes toujours en négociation.»

Les louveteaux amorçaient leurs activités lundi soir. Une quinzaine de nouveaux sont attendus en 2019-2020 et pour eux, la rentrée est prévue à la rencontre de la semaine prochaine. En ajoutant les Éclaireurs et les Pionniers, le Groupe scout du centre-ville de Shawinigan divertira près de 60 enfants et adolescents au cours des prochains mois.

«On continue les rencontres à notre local, car la transaction n’est pas encore notariée», précise M. Déry. «Nous avons demandé au futur propriétaire s’il pouvait nous laisser un peu de temps. Nous avons donc jusqu’à la fin septembre pour déménager, mais nous devrons peut-être demander une nouvelle prolongation parce que nos affaires ne sont pas encore toutes réglées.»

Le Groupe scout du centre-ville devra peut-être se trouver des locaux transitoires à compter d’octobre. Les anciennes églises Saint-Pierre et Saint-Bernard, par exemple, pourraient très bien remplir cette mission, si jamais le nouveau propriétaire du local de l’avenue des Cèdres tenait à prendre possession de son immeuble à la date prévue. Sinon, les jeunes continueront à se réunir au même endroit pendant encore quelques semaines, le temps de trouver un nouveau lieu de rassemblement.

«On n’est pas dans la rue, mais on se cherche toujours une place», résume le porte-parole.

Au printemps, un groupe de gens d’affaires réunis par Claude Villemure avaient levé la main pour aider ces jeunes. L’ancien salon de la Coopérative funéraire de la Mauricie avait été identifié comme site potentiel. Une offre d’achat a été présentée, mais les deux parties n’ont finalement pu s’entendre, notamment en raison de travaux qui devaient être effectués. L’immeuble de la 4e rue de la Pointe a finalement été vendu 150 000 $ à Service de gestion documentaire France Longpré inc.

M. Déry mentionne que compte tenu des circonstances, les scouts ont élargi leur périmètre de recherche jusqu’au quartier Saint-Marc, d’où plusieurs jeunes proviennent de toute façon.

«Historiquement, on préfère rester au centre-ville parce qu’on y est établi depuis 1932», rappelle-t-il.

Les locaux de l’avenue des Cèdres conviennent très bien au groupe, sauf qu’il faudrait prévoir un investissement d’au moins 100 000 $ pour pallier aux urgences. Les fruits de cette vente aideront les scouts à se trouver un nouveau local.

L’organisme a également lancé une campagne de sociofinancement pour son projet de déménagement au printemps. Jusqu’ici, 6920 $ ont été amassés sur un objectif de 10 000 $.