Revenu Québec a procédé à l’inscription d’hypothèques légales sur la luxueuse demeure de Lacroix et sa conjointe, dans le quartier Montagne-­des-Roches à Charlesbourg, et sur un jumelé, rue Gaudias-­Villeneuve.

Le fisc aux trousses du créateur de la cryptomonnaie Plexcoin Dominic Lacroix

Revenu Québec réclame près de 900 000 $ en TVQ et TPS non perçues par l’entrepreneur Dominic Lacroix, créateur de la cryptomonnaie Plexcoin.

Après l’Autorité des marchés financiers et la SEC américaine, c’est au tour du fisc de se mettre aux trousses de Lacroix.

Revenu Québec reproche à Dominic Lacroix et à sa compagnie DL Innov, aujourd’hui en faillite, de ne pas avoir perçu et versé à l’État pour 873 166 $ en TVQ et TPS de décembre 2013 à décembre 2017.

Dans un communiqué officiel datant de décembre 2017, DL Innov disait être une «entreprise de gestion» fondée en 2012. Située à Québec, sur le boulevard Lebourgneuf, l’entreprise comptait, selon le communiqué, plus de 40 employés au début de l’année 2017 et se spécialisait dans le domaine de la finance et de la technologie en ligne.

Hypothèque légale sur la maison de luxe

Afin de se faire rembourser sa créance, Revenu Québec a obtenu de la cour un avis d’exécution de jugement et un bref d’exécution visant les biens mobiliers de Dominic Lacroix. Revenu Québec a également procédé à l’inscription d’hypothèques légales sur la luxueuse demeure de Lacroix et sa conjointe, dans le quartier Montagne-des-Roches à Charlesbourg, et sur un jumelé, rue Gaudias-Villeneuve à Québec.

Les propriétés de Lacroix font déjà l’objet d’ordonnances de blocage émises par le Tribunal des marchés financiers à la demande de l’AMF, qui cherche à protéger les investissements des milliers d’acheteurs de la prétendue cryptomonnaie Plexcoin.

Dominic Lacroix conteste la validité des ordonnances de blocage. Ses avocats plaident aussi que la cryptomonnaie n’est pas une valeur mobilière et que Lacroix ne devrait donc pas être sanctionné par le Tribunal administratif des marchés financiers.