Actualités

Commissions scolaires: deux ans et c’est fini

Le nouveau ministre de l’Éducation du Québec sonne officiellement le glas des commissions scolaires. Lors d’une rencontre tenue récemment à Québec, Jean-François Roberge a confirmé l’intention de son gouvernement d’éliminer ces structures dans un horizon de deux ans.

Présidente de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Liz Gagné était présente à la rencontre d’information, laquelle avait lieu le 19 octobre.

Affaires

Des trucs pour tirer profit du Novembre fou!

Pour Noël, les économies appartiennent à ceux qui magasinent tôt! Vous n’avez pas la berlue : oui, les soldes du Vendredi fou et du Cyber lundi sont déjà bel et bien commencés. On peut même plutôt parler de Novembre fou! Si les produits électroniques et de beauté sont encore à l’honneur, la folie des aubaines d’avant-Noël gagne maintenant tous les secteurs, même les hôtels ou les restaurants. Voici quelques conseils pour en tirer profit au maximum.

«Pourquoi attendre? Obtenez jusqu’à 70 % de rabais» ou «Solde plus fou que le Vendredi fou» : les publicités pour des ventes «pré-Black Friday» pullulent cette année. Plutôt que de concentrer les rabais entre le vendredi 23 novembre et le lundi 26, plusieurs commerçants ont décidé de lancer la saison des soldes d’avant-Noël au début du mois.

RICHARD THERRIEN

Vendredi noir pour Marina Orsini

BLOGUE / Deux magazines importants de la grille de jour d’ICI Radio-­Canada Télé, «Marina Orsini» et «Entrée principale», de même que l’émission «Deuxième chance», ne reviendront pas la saison prochaine. Cette décision entraîne l’abolition de 16 postes permanents au secteur Culture, variétés et société, en plus des pigistes qui se retrouvent sans travail.

C’est un dur coup pour Marina Orsini, qui a perdu deux émissions dans la même journée. D’abord, sa quotidienne matinale, qu’elle animait depuis 2015, et qui attirait cet automne 62000 fidèles. Puis, Deuxième chance, qu’elle pilotait en équipe avec Patrick Lagacé le samedi soir, et dont la troisième et ultime saison sera diffusée cet hiver. Sur Facebook, au sujet de Marina Orsini, l’animatrice a parlé d’une «bien triste nouvelle, mais un immense sentiment de gratitude d’avoir pu faire cette magnifique émission pendant quatre saisons. Un grand privilège dans cet air de mouvement, de virage et d’incertitude.» Déjà, l’émission avait vu le nombre de ses épisodes coupé de moitié cette saison.

André Robitaille perd quant à lui Entrée principale, qu’il animait depuis six saisons, et qui s’était déjà vue amputer son émission du vendredi cet automne. En moyenne 161000 téléspectateurs étaient au rendez-vous chaque après-midi à 16h. Dans une note interne, la directrice générale, Dominique Chaloult, indique que la décision de retirer ces émissions est «motivée par les orientations stratégiques de Radio-Canada, qui impliquent un redéploiement des ressources liées au virage numérique pour être au diapason de la manière dont le public d’aujourd’hui consomme les contenus audiovisuels.» On dit toutefois avoir l’intention «de conserver une masse critique de capacité de production interne, non seulement en information, en radio et en services numériques, mais aussi en télévision générale, où elle sera maintenue en partenariat avec des maisons de production.»

D’année en année, la programmation de jour perd des plumes dans toutes les télés généralistes. Comme émission originale sur ICI Radio-Canada Télé, ne restent plus que Ricardo et Le téléjournal midi, les autres cases étant occupées par des rediffusions. L’été dernier, pour la première fois, le diffuseur ne présentait plus de magazine de jour, ayant mis fin à l’éphémère Indice UV. La direction a déjà laissé savoir préférer consacrer ses budgets aux heures de grande écoute.

Adaptation d’un concept britannique, Deuxième chance permettait à des gens du public de demander pardon ou de témoigner leur reconnaissance à quelqu’un, plusieurs années plus tard. Patrick Lagacé accueille la nouvelle avec philosophie et se trouve privilégié d’avoir pu vivre cette aventure durant trois saisons. «Pour les gens qui nous confiaient leur quête, qui étaient hantés depuis des années, parfois des décennies, ça avait un effet incroyablement apaisant. L’expression dit: ''c’est juste de la TV''. Mais c’était souvent plus que de la TV dans notre cas», affirme le chroniqueur de La Presse+ et coanimateur de Deux hommes en or à Télé-Québec.

Heureusement, le public aura l’occasion de retrouver Marina Orsini comme actrice cet hiver dans la nouvelle série de Chantal Cadieux, Une autre histoire, dans laquelle elle incarne une femme atteinte d’Alzheimer précoce. Les derniers enregistrements de Marina Orsini auront lieu en décembre, alors que l’équipe d’Entrée principale restera en place jusqu’en avril.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Justice et faits divers

Un collectionneur d'armes condamné à 18 mois de prison

Un collectionneur a poussé trop loin sa passion pour les armes à feu et le tir et vient d’être condamné à 18 mois de prison pour avoir acheté des armes et des dispositifs prohibés à un fabricant illégal.

Raynald Nadeau, de Québec, a aujourd’hui 53 ans. Il a fait carrière dans la production vidéo, notamment dans des stations de télé, et n’a aucun antécédent judiciaire.

Dans les années 1990, il développe une curiosité, puis un intérêt pour les armes et leur mécanisme. Il achète progressivement plusieurs armes et commence à pratiquer le tir dans un club autorisé. Un simple loisir, qui le détend, a-t-il indiqué à la cour.

Raynald Nadeau sera arrêté en 2013, en même temps que plusieurs autres personnes, dans le cadre d’une enquête policière sur le trafic d’armes au Canada et transfrontalier.

Lorsque les policiers perquisitionnent chez Nadeau, ils trouvent 11 chargeurs à grande capacité, un silencieux et un fusil d’assaut AR-15 avec des munitions accessibles. Ils savent que Nadeau a acheté ces armes et dispositifs à David Thériault, un ex-militaire originaire de Lyster, qui fabrique des armes et les vend sur Internet. Thériault a depuis été condamné à six ans de prison par une cour ontarienne.

Les policiers ont aussi vu chez Raynald Nadeau un lot d’armes légales mal entreposées : deux carabines .22, deux carabines .5.56, une arme de poing .40SW, une arme à feu .357 magnum, une arme de poing .45, deux armes 9mm et un fusil .12

Au terme d’un procès, Raynald Nadeau a été déclaré coupable de plusieurs infractions de possession d’armes à feu et de dispositifs prohibés sans être titulaire de permis et d’entreposage négligent d’armes à feu.

L’avocat de Nadeau a porté cette condamnation en appel.

Entretemps, le juge Jean Asselin de la Cour du Québec a condamné le collectionneur à une peine de 18 mois de prison, bien loin de l’absolution conditionnelle suggérée par la défense.

Vrai que l’accusé a exprimé des remords sincères et même produit une vidéo éducative expliquant la législation sur les armes à feu.
Message clair

Mais, souligne le juge Asselin dans sa décision, le message des tribunaux doit être clair et sans équivoque pour les infractions concernant les armes prohibées, responsables de plusieurs drames.

«L’accusé n’a pas résisté à la tentation, constate le juge Asselin. Il y a une réflexion et une démarche derrière l’achat de ce matériel qui dépasse la simple erreur de jugement.»

Même si le contrevenant n’est animé par aucune intention malveillante, ajoute le juge, l’achat d’armes et de dispositifs clandestins pose un risque pour la sécurité du public.

Le principe de dissuasion générale doit donc être priorisé dans ce cas, malgré le bon profil de l’accusé et son faible risque de récidive.

En plus de la peine de détention de 18 mois, le juge a imposé à Nadeau une interdiction de posséder des armes pour 10 ans et des armes prohibées à perpétuité.
Raynald Nadeau a été remis en liberté sous conditions durant les procédures d’appel.