Pascal Plamondon a tenté de bloquer le chemin au suspect du Walmart, samedi après-midi, à l’aide de son Bobcat.
Pascal Plamondon a tenté de bloquer le chemin au suspect du Walmart, samedi après-midi, à l’aide de son Bobcat.

Walmart : Pascal Plamondon a tenté de bloquer le chemin au suspect

Pascal Plamondon a bien tenté de bloquer le chemin au suspect qui avait renversé l’agent de sécurité du Walmart, samedi après-midi, à l’aide de son Bobcat S590, mais en vain. Toutefois, cette manœuvre lui a permis de visualiser la plaque d’immatriculation du fuyard, une information vitale qui a mené à l’arrestation du suspect, peu de temps après.

Ce n’est pas la première fois que l’ancien athlète olympique doit intervenir en situation de crise.

À LIRE AUSSI: « Une situation extraordinaire », dit la compagnie de sécurité

Sociofinancement: 43 000 $ recueillis pour les proches de la victime du Walmart

La victime a été traînée sur plusieurs mètres

Pompier à temps partiel à East Angus, il a fait partie du premier contingent de sapeurs et de premiers répondants à intervenir à la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic, en 2013, qui a fait 47 victimes.

Après avoir contribué à maîtriser le brasier, il fut de l’équipe responsable de retrouver les corps des victimes.

Pascal Plamondon travaille pour l’entreprise qu’il possède en compagnie de son père, Excavation Plamondon. Et à bord de son véhicule, il procède au nettoyage du printemps en retirant les petites pierres des rues et stationnements de la Ville de Sherbrooke.

« On a les contrats pour enlever la roche et nettoyer les trottoirs de la ville. C’est quand j’étais rendu dans le coin du Quatre-Saisons, j’ai vu quelque chose qui a attiré mon attention, dans le stationnement du Walmart. J’ai été chanceux, le champ de vision n’est pas super dans le Bobcat, c’est restreint », a-t-il indiqué à La Tribune.

« Quand j’ai regardé dans le parking, j’ai pensé que je voyais deux gars qui niaisaient. Mais ça s’envoyait des gros signes et j’ai vu que la situation n’était pas normale. »

Une situation qui a rapidement dégénéré.

« Le véhicule du suspect a reculé, la victime s’en est approchée, mais quand le suspect a voulu repartir, il n’a jamais arrêté et il a ramassé la victime. Il a accéléré, il est allé quand même vite, très vite, il a donné un coup de volant, et la victime est tombée en bas du «hood». Ensuite, il s’est tapé la tête en tombant par terre. »

« Quand j’ai vu ça, j’ai accéléré avec mon Bobcat, pour lui bloquer la sortie vers la 13e Avenue, en face du Quatre-Saisons, mais ce n’est pas le véhicule qui va le plus vite, on s’entend », a dit Pascal Plamondon.

« Je voulais l’empêcher de sortir, mais je n’ai pas été capable. Mais je me suis rapproché assez vite et quand il a tourné dans la rue, j’ai pu voir sa plaque et la mémoriser. Tout de suite après, je suis allé rejoindre la victime. »

L’attroupement était déjà important autour de la victime, s’est remémoré Pascal Plamondon, qui a fait son DEP en incendie et son DEC en sécurité/incendie.

« Il y avait déjà des témoins autour ; on a immobilisé la tête, on l’a viré en bloc, en position latérale de sécurité, parce qu’il y avait beaucoup de sang qui sortait de sa bouche. On voulait éviter qu’il s’étouffe avec son propre sang. Au début, je ne pensais pas qu’il serait aussi blessé que ça, après l’avoir vu tomber. Il a vraiment dû mal tomber. À la vitesse que le suspect a accéléré en voiture, ça n’a pas aidé. »

« La victime était en trauma sévère, mais il n’était pas en arrêt cardio-respiratoire. Dans ces situations-là, il faut bouger la tête le moins possible, de même que la colonne vertébrale. Le deuxième témoin m’a aidé à le tourner d’un seul mouvement. Si tu bouges la tête, et qu’elle n’est plus dans l’axe de la colonne vertébrale, c’est là que tu peux occasionner des blessures permanentes à la personne, même si tu veux bien faire, la tête doit rester dans l’axe, ou de la manière dont tu l’as trouvé. »

« Les autres témoins sur place étaient un peu impressionnés par la scène, car il y avait beaucoup de sang. Tu dois laisser ça de côté ; je n’avais pas de gants, mais tu n’y penses pas rendu là et tu interviens. Tu as beau être prêt, tu ne penses jamais voir une personne se faire frapper par une voiture et se faire rouler sur un capot de voiture. Quand tu vois ça, tu fais le saut », s’est-il remémoré.

Les secours ont été très rapides à se rendre sur les lieux, confirme-t-il.

Des expériences similaires

Pascal Plamondon a agi de sang-froid. Il a déjà eu à intervenir lors de situations de crise similaires, ce qui certainement contribué, dans les circonstances, samedi soir.

« Ce n’est pas mon premier cas similaire ; quand j’étais pompier à temps partiel dans le coin d’East Angus, on est déjà intervenus dans des cas de désincarcérations après des accidents de voiture. Même chose à Lac-Mégantic. J’étais donc déjà un peu préparé à ce genre de scénario là. Ça donne un gros «rush» d’adrénaline. Depuis samedi soir, je pense toujours au gars et à sa famille. J’espère juste qu’il va pouvoir revenir de ses blessures », a-t-il évoqué.

Dur la première ligne à Lac-Mégantic

Pascal Plamondon a aussi fait partie des premiers répondants qui se sont rués vers le centre-ville de Lac-Mégantic, le 6 juillet 2013.

« J’étais dans la première vague, je suis intervenu pour maîtriser l’incendie et ensuite, on a fait les recherches de victimes. J’ai été quatre jours là-bas, les quatre premiers. Si les gens m’en parlent, je vais en parler, sinon, je n’y pense pas. J’y retourne régulièrement, on y a un chalet et une terre à bois. Les gens sont encore touchés par cette catastrophe, ça paraît dans le centre-ville. Ce ne sont pas des souvenirs auxquels tu veux penser souvent. Tu mets ça de côté et tu continues d’avancer », a lancé Pascal Plamondon.

« Ce sont des événements qui aident à se bâtir une carapace. Tu ne sais jamais. Tu peux faire beaucoup d’interventions similaires, mais des fois, tu peux flancher, tu ne peux jamais prévoir. »

Un ancien athlète olympique

Pascal Plamondon est bien connu en région pour ses exploits en haltérophilie.

Il a d’ailleurs participé aux Jeux olympiques à Rio, en 2016, terminant au 13e rang dans la catégorie des 85 kg.

Une blessure a mis fin à sa carrière.

« Je me suis blessé en 2017, lorsque je suis tombé sur le dos à l’entraînement, avec une charge de 170 kg ; mon coude a barré entre le plancher et la barre et c’est mon poignet qui a absorbé le choc, et qui a viré à l’envers. J’ai participé au Championnat canadien, par la suite, mais quand je fais beaucoup de volume, mon poignet s’en ressent, il n’est pas capable de rester sans douleur. Ça prenait 2-3 semaines avant que la douleur ne parte. »

Il a récolté le bronze lors des Jeux panaméricains de 2015 et le bronze encore une fois lors des Jeux du Commonwealth en 2014.

Pascal Plamondon est connu  pour ses exploits en haltérophilie