L'INESSS a été mandaté pour évaluer la pertinence d’administrer de la vitamine C par perfusion aux patients atteints de cancer.

Vitamine C par perfusion aux patients cancéreux: l’Institut national de santé formulera un avis

L’Institut national de santé et de services sociaux (INESSS) a été mandaté pour évaluer la pertinence d’administrer de la vitamine C par perfusion aux patients atteints de cancer, a appris Le Soleil.

Le magazine Profession Santé rapportait mardi que le Collège des médecins et l’Ordre des pharmaciens du Québec avaient écrit une lettre à la ministre de la Santé, Danielle McCann, pour qu’elle demande à l’INESSS de formuler un avis sur le traitement de vitamine C dans un contexte oncologique. 

Selon eux, le débat entourant cette question crée une pression indue sur les professionnels de la santé et de la confusion auprès du public, et un avis de l’INESSS permettrait de mieux répondre aux patients intéressés par ce traitement.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a confirmé au Soleil qu’il avait «effectivement confié à l’INESSS un mandat sur la démonstration de la valeur de l’acide ascorbique à haute dose pour réduire les effets indésirables de la chimiothérapie», et que les résultats étaient attendus vers la fin de l’année.

La porte-parole Noémie Vanheuverzwijn a précisé qu’il ne s’agissait pas d’une requête en vue d’une inscription aux listes de médicaments. 

Atteinte d’un cancer incurable, la résidente des Laurentides Nathalie Prud’homme a fait signer une pétition qui a récolté environ 120 000 signatures pour que des traitements par perfusion de vitamine C puissent être prescrits par des médecins aux patients cancéreux. En mai, Profession Santé rapportait qu’un médecin de Piedmont prescrivait de la vitamine C à Mme Prud’homme et qu’un pharmacien de Saint-Jérôme la lui servait.