Des trucs et astuces d’autodéfense numérique seront régulièrement publiés sur la page Facebook de Bien-être numérique pour, par exemple, mieux préserver son attention ou investir plus consciemment son temps en naviguant sur son téléphone cellulaire.
Des trucs et astuces d’autodéfense numérique seront régulièrement publiés sur la page Facebook de Bien-être numérique pour, par exemple, mieux préserver son attention ou investir plus consciemment son temps en naviguant sur son téléphone cellulaire.

Vers une utilisation saine du numérique pour nos ados

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
SHERBROOKE — L’OSBL Bien-être numérique, qui invite les jeunes à réfléchir à la place qu’occupent Internet, les téléphones intelligents et les réseaux sociaux dans leur vie, met sur pied trois nouveaux projets pour les aider à favoriser une utilisation saine de l’environnement numérique au temps du confinement.

Le projet phare de Bien-être numérique est l’animation de l’atelier Autodéfense numérique destiné aux élèves de la 3e à la 5e secondaire à Québec, à Sherbrooke et à Montréal. Mais pour s’adapter au confinement, l’organisme offrira dès le mois de mai des cercles d’échange virtuels en petits groupes pour les élèves du secondaire et leurs enseignants.

« Nos activités sont plus structurées habituellement, mais dans le contexte actuel, le format d’un cercle de discussion est plus adapté, explique Charles-Antoine Barbeau-Meunier, cofondateur et président. C’est plus horizontal et ça donne une plus grande place aux jeunes pour expliquer ce qu’ils vivent en ce moment. »

Bien-être numérique inaugure aussi sur son site Web un « projet spécial COVID-19 ». Ce projet prend la forme de publications régulières sur nos usages du numérique au temps du confinement.

Certaines publications prendront la forme d’échanges de textos avec un adolescent tandis que d’autres s’appuieront sur les travaux d’experts et des études.

Enfin, des trucs et astuces d’autodéfense numérique seront régulièrement publiés sur la page Facebook de Bien-être numérique pour, par exemple, mieux préserver son attention ou investir plus consciemment son temps en naviguant sur son téléphone cellulaire. 

« On a partagé le truc de mettre son écran de cellulaire en noir et blanc au lieu de la couleur, illustre M. Barbeau-Meunier. La logique est simple. Les icônes des applications sont conçues pour attirer notre attention et faire en sorte qu’on clique dessus. De cette façon, les icônes perdent leur éclat et leur emprise sur notre attention. C’est plus facile d’avoir une utilisation intentionnelle et consciencieuse de son téléphone. »

M. Barbeau-Meunier espère que ces initiatives fassent du chemin.

« On verra comment ça évolue et on ne sait pas qu’elle sera la réception, résume-t-il. On aimerait avoir la participation des enseignants. On veut trouver une formule avec les écoles. Les maisons de jeunes nous avaient approchés aussi pour offrir ce genre d’atelier en compagnie d’un intervenant. »