Voilà une victoire qui fait du bien, affirme le joueur des Alouettes, Christophe Normand. William Stanback (au centre) et Luc Brodeur-Jourdain (à droite), chacun à leur façon, ont été inspirants lors de la victoire obtenue jeudi dernier face aux Tiger-Cats.

Une soirée extraordinaire !

CHRONIQUE / Franchement, je ne suis pas près d’oublier mon premier match à domicile dans l’uniforme des Alouettes! Quelle soirée extraordinaire ça a été!

Dans une ambiance absolument électrique au stade Percival-Molson, nous avons remporté une grosse victoire face aux Tiger-Cats, l’une des meilleures équipes de la Ligue canadienne de football. Vraiment, j’ai tripé fort!

J’étais content de voir le stade pratiquement plein. Les Alouettes n’ont pas toujours bonne presse par les temps qui courent et c’est rassurant de constater que les amateurs sont toujours derrière nous. Ils étaient nombreux, ils faisaient du bruit, on les sentait véritablement de notre bord. Merci à eux.

Mais je pense qu’on leur en a donné pour leur argent aussi. On a fait du bon travail dans les trois phases du jeu, que ce soit l’attaque, la défense ou les unités spéciales. Évidemment, la performance de William Stanback (trois touchés et des gains de 203 verges) valait quasiment le prix d’entrée à elle seule.

Ce qui a fait la différence, c’est qu’on a joué ensemble. La défensive a joué en complémentarité avec l’attaque et les unités spéciales ont joué en complémentarité avec l’attaque et la défensive. Le genre de match qu’adorent les entraîneurs.

En ce qui me concerne, à part mon utilisation sur les unités spéciales, j’ai eu pas mal de temps de jeu à l’attaque. Pour tout vous dire, je suis étonné du temps que j’obtiens en offensive. Étonné, mais content!

Le match avait aussi une signification spéciale pour Luc Brodeur-Jourdain, qui disputait son dernier match en carrière. Si Luc ne savait pas que les gens l’aiment, il le sait maintenant. Et il a mérité tous les applaudissements qu’il a reçus jeudi dernier.

Il y avait pas mal de membres de ma famille sur place, notamment mon père. Aussi, des coachs de l’époque où je jouais au football avec les Castors de l’école secondaire Mgr-Euclide-Théberge de Marieville. Ça a rendu la soirée un peu plus spéciale encore.

La soirée que j’ai passée jeudi m’a confirmé une fois de plus que je suis à ma place à Montréal, avec l’équipe de football du Québec.

Direction Ottawa

Maintenant, c’est direction Ottawa, où nous allons affronter le Rouge et Noir samedi. La saison a beau être encore jeune, c’est un match qui revêt passablement d’importance.

Si vous regardez le classement dans votre journal, vous verrez que nous ne sommes qu’à deux points du Rouge et Noir (fiche de 2-1), qui se sont inclinés face aux Blue Bombers de Winnipeg vendredi dernier à domicile. Si on gagne, donc, on va rejoindre Ottawa au deuxième rang dans l’Est.

Évidemment, le Rouge et Noir va vouloir revenir en force à la suite de sa défaite. Quant à nous, la victoire face aux Tiger-Cats nous a donné confiance et nous voulons poursuivre sur notre lancée. Bref, tout est là afin que ce soit un match fort intéressant.

La plupart des observateurs ne donnaient pas cher de la peau du Rouge et Noir en début de saison. L’équipe a perdu de bons joueurs au profit du marché des joueurs autonomes, notamment son quart Trevor Harris, et certains leur ont prédit le dernier rang dans l’Est. Mais il reste de bons joueurs à Ottawa et le club est bien dirigé par Rick Campbell.

En plus, c’est une équipe motivée, parce qu’elle veut faire mentir les gens. Un peu comme nous, dans le fond.

Ça va être bon!

Propos recueillis par Michel Tassé