La police d’Ottawa a diffusé une vidéo des membres de la famille de l’enfant, qui l’enjoint à revenir au bercail.

Une famille d’Ottawa sans nouvelles de sa fille de 11 ans

Une famille d’Ottawa tente de retrouver sa fille qui, malgré ses 11 ans, peut paraître bien plus vieille que son âge. Nakayla Baskin, introuvable depuis une semaine, pourrait fréquenter des centres commerciaux de la capitale.

C’est l’un des seuls indices qui donnent encore espoir à la famille de retrouver la jeune disparue.

Selon la description de la police d’Ottawa, Nakayla Baskin peut avoir l’air d’une adolescente de 16 ans.

La jeune fille, qui n’est pas encore une adolescente, mesure 5 pieds et 4 pouces, pèse environ 150 livres, et porte des cheveux châtains aux épaules. Elle porte parfois ses cheveux en une sorte de toque « décoiffée ». Ses yeux sont gris.

En plus des centres commerciaux Saint-Laurent et Rideau, à Ottawa, elle pourrait aussi se trouver dans les environs du chemin Russell. Elle possède une carte d’autobus d’OC Transpo.

Vidéo

La police d’Ottawa a rencontré la presse, lundi, à son quartier général.

L’inspectrice Isobel Granger a demandé au public d’ouvrir l’oeil et de ne pas hésiter à contacter les autorités au moindre doute. La police d’Ottawa a diffusé une vidéo des membres de la famille de l'enfant, qui l’enjoint à revenir au bercail.


Nakayla Baskin est portée disparue.

Ce mardi marquera le septième jour de sa disparition mystérieuse.

La jeune fille aurait organisé son départ à l’avance. Elle a quitté sa résidence à minuit trente, dans la nuit du 24 au 25 septembre, avec un sac rouge et son cellulaire. L’appareil, un vieux modèle, ne permet pas aux policiers de le retracer grâce au positionnement par GPS.

La jeune fille était très active sur les médias sociaux, mais depuis une semaine, c’est le silence radio.

« Elle n’est plus active sur les médias sociaux, ce qui n’est pas dans ses habitudes, a déclaré le surintendant Chris Henwick, de la police d’Ottawa. Cela nous inquiète. »

La police d’Ottawa a rencontré la presse, lundi, à son quartier général.

L’inspectrice Isobel Granger a demandé au public d’ouvrir l’œil et de ne pas hésiter à contacter les autorités, au moindre doute. La police d’Ottawa a diffusé une vidéo des membres de la famille de l’enfant, qui l’enjoignent à revenir au bercail. Ses proches se sont rendu compte qu’elle avait disparu, le matin du 25 septembre.

« Reviens, dit une proche, dans la vidéo produite en collaboration avec la police d’Ottawa. Nous ne t’en voulons pas. Où es-tu ? »

La police a reçu deux informations du public, mais elles se sont avérées peu utiles. Qu’importe, les autorités répètent que le public doit quand même appeler le 9-1-1
s’il croit apercevoir la jeune fille.

Les autorités disent ne pas connaître la raison exacte de son départ inopiné. « Nous nous faisons du souci quant à des personnes qui pourraient lui avoir donné des indications malfaisantes », a mentionné l’agent Charles Benoit, de la police d’Ottawa.