Le projet, qui devrait accroître la capacité d’exportation vers les États-Unis d’environ 375 000 barils par jour.

Une approbation réglementaire améliore les perspectives des sables bitumineux

CALGARY - Les dirigeants des plus grandes sociétés de sables bitumineux au Canada estiment que les inquiétudes associées au transport de leurs produits commencent à s’atténuer dans la foulée de l’approbation réglementaire du projet de remplacement de la canalisation 3 d’Enbridge, un projet évalué à 9 milliards $.

Le projet, qui devrait accroître la capacité d’exportation vers les États-Unis d’environ 375 000 barils par jour, a franchi son dernier grand obstacle réglementaire à la fin juin, en obtenant le feu vert conditionnel des représentants de l’État du Minnesota.

Les dirigeants de Suncor Énergie, de Canadian Natural Resources, de la Pétrolière Impériale, de Husky Energy et de Cenovus Energy estiment que cette décision - en particulier lorsqu’elle est jumelée avec l’entente du gouvernement fédéral visant l’achat du pipeline Trans Mountain et son expansion de 4,5 milliards $ - pourrait leur permettre d’envisager à nouveau des projets d’expansion.

Alors qu’ils participaient à une conférence sur l’énergie organisée à Calgary par Valeurs mobilières TD, les chefs d’entreprise ont cependant précisé que de telles décisions dépendraient également de la certitude réglementaire et fiscale offerte par les autorités fédérales et provinciales.

Selon le chef de la direction de Husky, Rob Peabody, sa société prévoit accroître sa production pétrolière et gazière d’environ cinq pour cent par année. Il ajoute qu’elle a maintenant une capacité de canalisation excédentaire, mais qu’elle aura besoin de plus d’espace pour sa production croissante dans l’Ouest canadien d’ici 2023.

Le chef de l’exploitation de Suncor, Mark Little, affirme pour sa part que son entreprise dispose de suffisamment d’espace de pipeline sous contrat pour répondre à sa production croissante - Suncor vient de compléter son projet de sables bitumineux Fort Hills, dont la capacité est de 194 000 barils par jour. L’entreprise retardera cependant l’ajout de grands projets de production d’ici à ce qu’elle soit satisfaite de l’accès à tous les marchés et à ce que les questions réglementaires et fiscales soient mieux comprises.