Un Sherbrookois d’une cinquantaine d’années a été intercepté par les policiers de la Sûreté du Québec, samedi, dans une zone limitée à 70 km/h en vertu de la Loi sur les véhicules hors route. Un constat d’infraction de 776 $ lui a été imposé.

Un motoneigiste capté à 150 km/h sur un sentier

Un motoneigiste a vu le prix de sa fin de semaine de plaisance gonfler de façon vertigineuse lorsqu’il a été intercepté à haute vitesse dans les sentiers à Danville.

L’homme a été capté à 150 km/h alors qu’il circulait sur le sentier de motoneige aménagé sur l’ancienne voie ferrée à la croisée du chemin Castle Bar.

Le Sherbrookois d’une cinquantaine d’années a été intercepté par les policiers de la Sûreté du Québec, samedi, dans une zone limitée à 70 km/h en vertu de la Loi sur les véhicules hors route.

Un constat d’infraction de 776 $ lui a été imposé.

La SQ rappelle qu’il est interdit de circuler en motoneige sur les chemins publics sauf aux endroits prévus par la signalisation.

La vitesse dans les sentiers est limitée à 70 km/h. Les motoneigistes sont soumis aux mêmes lois que les automobilistes en matière de conduite avec de l’alcool ou du cannabis.

Tout comme la SQ, le Service de police de Sherbrooke assure sa présence dans les sentiers de motoneige sur son territoire.

« Nous serons présents particulièrement au cours de la prochaine fin de semaine étant donné la tenue du grand prix de Valcourt. C’est une fin de semaine où il y a beaucoup d’achalandage », explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

L’an dernier, les patrouilleurs à motoneige ont effectué neuf sorties sur le territoire sherbrookois. Ils ont alors fait 86 vérifications et remis cinq constats d’infraction.

À l’hiver 2017, ce sont 143 vérifications qui avaient été faites lors de sept sorties dans les sentiers. Les policiers avaient donné 14 constats d’infraction.

« Les constats sont émis en vertu de la Loi sur les véhicules hors route. Des vérifications sont effectuées entre autres sur le plan de la vitesse, du port du casque conforme ainsi que des immatriculations. Nous effectuons aussi des vérifications concernant la consommation d’alcool », mentionne le porte-parole du SPS. 

Même si un plan de patrouille sur les sentiers est établi en début de saison, les opérations demeurent reportées en fonction de la météo ou de l’état des sentiers.

« Ce sont des policiers de l’escouade circulation qui ont reçu les formations pour la patrouille sur les sentiers. Certaines opérations se déroulent en collaboration avec la Sûreté du Québec et les clubs de motoneiges », indique le porte-parole du SPS.