Un militaire de Bagotville accusé de voies de fait graves sur une femme

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Un militaire de Bagotville, le sergent David Déry-Bédard, fait face à des accusations de voies de fait, de voies de fait graves et de harcèlement criminel pour un événement qui s’est produit la semaine dernière, à Saint-Bruno, au Lac-Saint-Jean. L’homme de 43 ans s’en serait violemment pris à une femme qu’il connaît, en tentant notamment de l’étrangler.

David Déry-Bébard a été arrêté le mercredi 29 avril. Selon l’acte de dénonciation, l’homme se serait livré à des voies de fait « en étouffant, suffoquant et étranglant » une femme. Il aurait également mis sa vie en danger, en se livrant à des voies de fait graves. Ce chef est en effet porté lorsque la vie d’une personne a pu être mise en danger. 

Le militaire devra répondre de trois chefs d’accusation. 

L’homme est également accusé de harcèlement criminel, toujours pour des événements survenus entre le 28 et le 29 avril, alors que la plaignante aurait eu des motifs de craindre pour sa sécurité, toujours selon l’acte de dénonciation. 

Le militaire, qui était détenu à la prison de Roberval depuis son arrestation, a comparu par visioconférence, mercredi, au Palais de justice d’Alma. Il a été remis en liberté sous de sévères conditions, a confirmé la procureure de la Couronne au dossier, Me Mélanie Paré.

Les Forces armées canadiennes ont confirmé que l’homme était militaire à la base de Bagotville, mais n’a pas souhaité commenter la situation.