Un chien aurait été criblé de projectiles de plomb en Outaouais

Une campagne de sociofinancement visant à payer les frais de vétérinaire afin d’opérer un chien qui aurait été criblé de projectiles de plomb, lundi soir, à Notre-Dame-de-la-Salette, a permis de récolter plus de 6000 $.

Des photos montrant un chien de race Boston terrier grièvement blessé ont circulé abondamment sur le réseau Facebook, mercredi. 

Du côté de la police, on a indiqué au Droit avoir reçu un appel en lien avec un possible cas de cruauté animale impliquant un chien qui aurait été victime d’une attaque par balles en début de semaine.

Les policiers de la MRC des Collines-de-l'Outaouais ont rencontré la dame afin de s'enquérir d'une cueillette d'informations pour voir ce qui s'est passé dans ce dossier. Une enquête a d'ailleurs été ouverte pour faire la lumière sur cet incident.

À la SPCA de l’Outaouais, un patrouilleur a aussi été contacté, lundi. Celui-ci a recommandé à la propriétaire du chien de se rendre dans un hôpital vétérinaire et de contacter les autorités policières pour déposer une plainte. Aucune intervention n’a cependant eu lieu puisque Notre-Dame-de-la-Salette ne se trouve pas sous la juridiction de l’organisme, a indiqué le directeur général adjoint de la SPCA de l’Outaouais, Maxime Daigle. 

Récolte de 6000 $

Une campagne GoFundMe, visant à récolter au moins 6000 $ pour payer les frais de vétérinaire reliés aux opérations que doit subir l’animal nommé Rosco, a été déployée en ligne mardi soir. La somme visée avait déjà été recueillie, à peine moins de 24 heures après le lancement de la collecte de fonds, mercredi.

La propriétaire du Boston terrier, Allison Richer-Bastien, a expliqué au Droit que de la visite se trouvait à la résidence familiale, lundi soir. Alors que les gens se trouvaient à l’extérieur, Rosco, qui n’était pas attaché, s’est enfui. À son retour à la maison, plus tard en soirée, il a été trouvé sur le balcon, maculé de sang et très mal en point.

« Mon beau-père l’a rentré dans la maison. On a vu qu’il avait son œil fermé et que du sang coulait de là. Sur sa poitrine, il avait une grosse bosse et c’était plein de sang. C’était vraiment traumatisant. On pensait qu’il s’était fait attaquer par un animal, mais on a ensuite compris que ce n’était pas ça », a raconté la résidente de Notre-Dame-de-la-Salette. 

Après une visite en urgence chez le vétérinaire, des radiographies ont démontré que la pauvre bête avait été atteinte par une quarantaine de projectiles de plomb.

« Il a des balles de plomb partout dans le corps, y compris dans sa tête », précise Mme Richer-Bastien.

Cette dernière reconnaît que son chien n’est pas toujours attaché, lorsqu’il se retrouve à l’extérieur de la maison, mais n’arrive pas à concevoir que quelqu’un ait pu agir de la sorte.

« Ça arrive de temps en temps qu’il se sauve sur d’autres terrains, mais nous n’avons jamais eu personne qui est venu nous voir pour nous dire que ça dérangeait. On n’a jamais eu de plaintes à la SPCA ou à la municipalité. [...] Il n’est pas méchant, il n’est pas allé attaquer personne. On n’avait aucune raison de lui tirer dessus », a confié la Salettoise.

Le petit Rosco, qui est âgé entre 6 et 7 ans, doit se faire opérer dans les prochains jours. La chirurgie devrait coûter au minimum entre 3000 et 6000 $, selon la propriétaire du chien. Les surplus récoltés grâce à cette campagne pourraient être remis à la SPCA ou à des organismes reliés aux animaux.

« Je veux remercier du fond du cœur tous les gens qui nous ont aidés, soit en dons ou en partageant l’information. »