L'Impact a récolté ses trois premiers points au classement en 2020 grâce à un but de Maximiliano Urruti (photo) à la 80e minute de jeu.

Un but tardif d'Urruti permet à l'Impact de vaincre le Revolution 2-1

MONTRÉAL — L'an dernier, Maximiliano Urruti a dû patienter jusqu'au 8 mai, à son 12e match du calendrier, pour faire vibrer les cordages. En 2020, l'attente aura été beaucoup moins longue pour l'Argentin, à son grand plaisir, mais aussi à celui de son équipe et de ses partisans. 

L'Impact de Montréal a entamé sa neuvième campagne en MLS en arrachant une victoire de 2-1 contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre samedi après-midi, devant 21 006 spectateurs au Stade olympique.

Disputant un match d'ouverture à domicile pour la toute première fois de son histoire en MLS, l'Impact a récolté ses trois premiers points au classement en 2020 grâce à un but d'Urruti à la 80e minute de jeu.

Urruti a marqué le filet décisif en lobant le ballon par-dessus la tête du gardien Matt Turner, qui s'était aventuré un peu trop loin de son filet. Une belle passe de Saphir Taïder a mené à ce but.

«J'ai couru et j'ai vu le gardien qui s'était avancé. C'est là que j'ai décidé de tirer au-dessus de lui», a décrit Urruti.

Romell Quioto, à la 37e minute, a inscrit l'autre filet de l'Impact.

«C'est un peu la réplique du match de mercredi, a noté le milieu de terrain Samuel Piette, en faisant allusion au duel contre le Deportivo Saprissa en Ligue des Champions.

«On savait qu'on devait bien défendre, être solide et c'est ce qu'on a fait. On s'est créé beaucoup d'occasions, on aurait pu en mettre plus. J'ai bien aimé comment l'équipe a réagi.»

Ces trois points, l'Impact les doit aussi, en partie, au gardien Clément Diop, qui a réalisé cinq arrêts, dont quelques-uns fort acrobatiques. Diop a aussi reçu de l'aide de sa tige verticale droite sur un coup de tête de Tajon Buchanan, à la 86e minute.

Diop n'a cédé que devant Teal Bunbury, pendant la 13e minute de jeu.

La troupe de Thierry Henry a aussi bénéficié de l'aide de l'assistance vidéo à l'arbitrage, qui a refusé un but de Wilfried Zahibo à la 73e minute puisque celui-ci a été jugé hors-jeu.

«Le but refusé nous a redonné un peu du coeur», a admis Henry, qui n'a pas trouvé que sa troupe a bien amorcé la deuxième demie.

«On arrive à marquer sur une action qu'on n'arrête pas de travailler à l'heure actuelle et Maxi finit super bien, a ensuite décrit l'entraîneur-chef de l'Impact. Il a une action aussi, avant, que le gardien sauve, il a l'action aussi en première mi-temps. Je lui ai dit qu'il aurait pu mettre trois buts, il en a mis un et c'était celui de la victoire.»

L'Impact reprendra le collier samedi prochain alors qu'il rendra visite au FC Dallas.

Début de match timide

Après 12 minutes de jeu qui n'ont rien fait pour animer la foule, d'un côté comme de l'autre, le Revolution a été le premier à s'inscrire au tableau.

Profitant d'un coup de pied de coin à la gauche du filet montréalais, Gustave Bou a plutôt choisi de laisser le ballon à Cristian Penilla, posté tout juste à ses côtés.

Penilla a dirigé le ballon vers le centre de la surface où se trouvait Bunbury. Avec de l'espace pour manoeuvrer, Bunbury a frappé le ballon alors qu'il se trouvait à quelques centimètres du sol, tout en pivotant, et a surpris Diop à l'aide d'un vif tir du pied droit qui a battu le gardien parisien à sa droite.

Ce but a semblé sortir les joueurs de l'Impact de leur coma collectif et on les a soudainement vus plus fringants à l'attaque. Urruti a été particulièrement actif, avec plusieurs incursions et un tir dangereux du centre de la surface de réparation qui a raté la cible à la droite de Turner, à la 27e minute de jeu.

L'insistance de la troupe montréalaise a finalement rapporté, environ dix minutes plus tard, grâce à son seul tir cadré de la demie.

Urruti a amorcé la séquence avec un coup de pied de coin que le défenseur Joel Waterman, qui avait quitté son poste et pour entrer dans la surface, a fait dévier de la tête vers sa gauche. Laissé sans surveillance à quelques mètres à peine du filet par le défenseur DeJuan Jones, Quioto a, à son tour, utilisé sa tête pour faire bifurquer le ballon derrière Turner.

«On a montré beaucoup de caractère. C'est un peu dommage qu'il ait fallu un but contre pour se réveiller, se mettre dans le match, mais on n'a jamais abandonné», a affirmé Piette.

«Quand tu commences le match après 10-15 minutes 1-0 à l'arrière, ce n'est pas le début de match que tu veux, mais ça ne nous a pas trop affecté. On a continué de jouer et je pense qu'on a fait une bonne première demie.»