Un accident de bateau survenu au large de Petit-Saguenay a causé des blessures à une femme de 28 ans en plus de dommages importants à l’embarcation.
Un accident de bateau survenu au large de Petit-Saguenay a causé des blessures à une femme de 28 ans en plus de dommages importants à l’embarcation.

Un accident de bateau provoqué par une navigatrice intoxiquée

Une navigatrice imprudente, probablement sous l’influence de l’alcool ou de drogues, est entrée en collision avec un rocher dans les alentours de l’île Saint-Louis, dans le secteur de Petit-Saguenay, mercredi.

Mercredi en fin d’après-midi, un bateau ayant son port d’attache à la marina de Chicoutimi dans lequel se trouvaient deux personnes a été lourdement endommagé après avoir subi une brutale collision au large de Petit-Saguenay. En plus des bris importants à la proue, l’une des deux personnes qui se trouvaient sur le pont a été blessée.

Selon le porte-parole de la Sûreté du Québec, Jean-Raphaël Drolet, une équipe de patrouilleurs a été dépêchée à la marina de L’Anse-Saint-Jean peu après 20 h mercredi à la suite d’un appel du public. Sur place, les policiers ont constaté qu’une femme de 28 ans avait subi des blessures. Celle-ci, qui était à la barre au moment de l’accident, a été transportée à l’hôpital par ambulance pour des blessures à l’épaule et au visage. « En cours d’enquête, les policiers ont constaté qu’il y avait des raisons de croire que le bateau avait été manœuvré par une personne ayant les facultés affaiblies, a mentionné M. Drolet. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances précises des évènements. »

Ce dernier rappelle que la conduite avec les facultés affaiblies est interdite pour tous types de moyens de transport, autant sur mer que sur terre.

Délinquants

Par ailleurs, lors de notre visite à la marina de L’Anse-Saint-Jean, certains navigateurs ont dit constater plusieurs comportements délinquants en cette période de vacances propice à la pratique de la plaisance sur le fjord du Saguenay. Ainsi, ils notent que des plaisanciers auraient tendance à entrer dans la zone protégée de la baie Sainte-Marguerite pour y observer les bélugas, une pratique interdite par Pêches et Océans Canada. L’organisme a émis des directives interdisant d’approcher ces animaux à moins de 400 mètres dans une zone bien définie.