Profitant de l'ambiance solennelle de la Maison-Blanche, Donald Trump a annoncé samedi après-midi les compromis qu'il serait prêt à faire pour rouvrir le gouvernement, qui est partiellement paralysé en raison des désaccords entre l'administration Trump et les démocrates.

Trump offre un statut temporaire à des immigrants en échange du mur

WASHINGTON — Le président américain Donald Trump a proposé samedi de prolonger des statuts temporaires pour environ un million de migrants qui risquent d'être expulsés des États-Unis, en échange du financement par le Congrès de son mur frontalier.

Cette offre, faite dans un discours télévisé solennel, vise selon M. Trump à «sortir de l'impasse» du blocage budgétaire des services fédéraux qui dure depuis près d'un mois.

La chef de la majorité démocrate à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, avait au préalable rejeté cette proposition dont la teneur avait été dévoilée par la presse.

Selon Mme Pelosi, ce qui est présenté comme une concession présidentielle n'est qu'une «compilation de plusieurs initiatives déjà rejetées par le passé et chacune inacceptable».

Les démocrates refusent d'accorder à M. Trump les 5,7 milliards $ qu'il exige pour réaliser le mur, sa promesse emblématique de campagne.

Le président républicain s'est notamment engagé à rallonger de trois ans un permis de séjour temporaire créé par Barack Obama et supprimé après son arrivée à la Maison-Blanche, connu sous le nom de programme Daca.

Cette mesure, dans un contexte de division politique extrême, profiterait à quelque 700 000 clandestins auto-baptisés Dreamers (rêveurs), entrés illégalement sur le sol américain avec leurs parents.

M. Trump a aussi proposé de prolonger de trois ans un statut de protection temporaire (TPS) qui permet à environ 300 000 immigrants de travailler légalement sans titre de séjour. Ce statut avait été abrogé pour les ressortissants de plusieurs pays depuis l'arrivée au pouvoir de M. Trump.

Il a une nouvelle fois insisté sur l'angle sécuritaire d'une crise également humanitaire, accusant les caravanes de migrants d'Amérique centrale qui tentent d'entrer aux États-Unis d'y amener également de nombreux criminels et de vastes quantités de stupéfiants.

Le président a parlé de «compromis fondé sur le bon sens», mais la première réaction des démocrates semblait indiquer que le shutdown avait toutes les chances de se poursuivre.

Intransigeance 

«Enlevons la politique de tout ça, mettons-nous au travail et trouvons un accord», avait dit auparavant M. Trump.

Le New York Times a écrit samedi que les démocrates avaient rallongé d'un milliard de dollars leur offre précédente de 1,3 milliard $ pour la sécurité à la frontière, mais toujours sans argent pour le mur.

L'intransigeance de part et d'autre jusqu'à présent provoque depuis le 22 décembre un shutdown partiel, une paralysie des administrations fédérales faute d'adoption de leur budget par le Congrès.

Quelque 800 000 fonctionnaires fédéraux sont affectés, placés en congé sans solde ou contraints de travailler mais sans être payés.

Ils devraient tous recevoir leurs salaires à la fin du shutdown mais, en attendant, certains rencontrent de graves difficultés pour payer leurs factures, leurs remboursements de prêts ou tout simplement faire leurs courses alimentaires.

Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a salué une «décision courageuse» du président «pour rouvrir les administrations, sécuriser les frontières et agir de manière non partisane pour régler les questions actuelles sur l'immigration».

Il a indiqué qu'il soumettrait la proposition présidentielle à la haute assemblée dès la semaine prochaine. Le texte sera ensuite discuté à la chambre basse, contrôlée par les démocrates.

Lors d'une première allocution solennelle le 8 janvier depuis le Bureau ovale, le président avait assuré que les États-Unis étaient confrontés «à une crise humanitaire et sécuritaire grandissante à la frontière sud».

Il avait également mis en garde contre les immigrants clandestins qui font couler «le sang américain».

Et, samedi matin, il s'en est une nouvelle fois pris aux autorités mexicaines, évoquant une «caravane» de migrants partie comme plusieurs autres ces derniers mois d'Amérique centrale en direction des États-Unis.

«Le Mexique ne fait RIEN pour arrêter la Caravane qui est désormais totalement formée et qui se dirige vers les États-Unis», a-t-il tweeté.

Environ 2000 migrants centroaméricains, en grande majorité des Honduriens, ont illégalement franchi vendredi la frontière entre le Guatemala et le Mexique.

Et une nouvelle caravane a quitté mardi San Pedro Sula au Honduras et avance en groupes séparés. Il s'agit de la troisième provenant de ce pays depuis le départ le 13 octobre d'un premier cortège, qui avait rassemblé jusqu'à 7000 personnes.