Le message du premier ministre faisait suite à une conversation téléphonique avec les maires de Lac-Mégantic, Nantes et Frontenac, initiée par le ministre des Transports Marc Garneau dont l’absence avait été déplorée plus tôt en journée au Colloque sur la sécurité ferroviaire organisé par la Fédération québécoise des municipalités à Lac-Mégantic.

Trudeau confirme la voie de contournement... sur Twitter

Le premier ministre Justin Trudeau a à son tour pris un engagement ferme pour la construction d’une voie de contournement ferroviaire à Lac-Mégantic. « Nous nous engageons à ce que la voie de contournement de Lac-Mégantic soit aménagée », a-t-il écrit sur son compte Twitter vendredi soir.

Le message du premier ministre faisait suite à une conversation téléphonique avec les maires de Lac-Mégantic, Nantes et Frontenac, initiée par le ministre des Transports Marc Garneau dont l’absence avait été déplorée plus tôt en journée au Colloque sur la sécurité ferroviaire organisé par la Fédération québécoise des municipalités à Lac-Mégantic.

Lire aussi: Rendez-vous manqué avec le ministre Garneau

La phase « go no-go » pourra débuter

Lac-Mégantic réclame de l'aide pour analyser le tracé alternatif

Voie de contournement à Lac-Mégantic : le statu quo revient sur le tapis

« Merci à la mairesse Julie Morin, au maire Breton de Nantes et au maire Gendron de Frontenac et à Marc Garneau pour l’appel de ce soir (vendredi), a ajouté M. Trudeau. Tous ensemble, trouvons la meilleure façon de procéder. »

Le porte-parole de la Coalition pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, Robert Bellefleur, s’est pour sa part dit très étonné du moyen pris par M. Trudeau pour faire cette annonce.

« Il imite M. Trump qui se sert de ce moyen pour des faked news. Normalement, on organise une conférence de presse pour une annonce de ce genre. Ça sort de l’ordinaire! On s’interroge sur cette façon d’agir. Surtout que c’est un engagement tardif du gouvernement fédéral. Ça leur a pris cinq ans à manifester un engagement, alors qu’ils sont responsables de la tragédie, selon le Bureau de la sécurité des transports (BST), par leur laxisme envers la MMA », déplore-t-il.

« Et puis au niveau des échéanciers, c’est encore dans quatre ans qu’on réalisera la voie de contournement. D’ici là, la population vivra encore un stress important à cause du transport des matières dangereuses. Cela retarde la reprise économique de notre ville. Et dans quatre ans, qui sera à la tête du gouvernement? Il y aura des élections dans un an et demi. Il y a encore de l’incertitude. D’ailleurs, ce n’est qu’un tout petit tronçon de 12 kilomètres pouvant être réalisé rapidement. Le REM, qui vient d’être annoncé, a 65 km de long… Il risque d’être terminé pour 2022, en zone urbaine, avant même que la nôtre soit commencée! »

« Son engagement, c’est une bonne intention. Mais on est encore loin de la coupe aux lèvres. Le dossier n’est même pas décidé, ni même attaché. Nous, on ne s’emballe pas comme les maires le font! » prévient-il.

Berthold confiant

Le député conservateur de Mégantic-L’Érable Luc Berthold s’est pour sa part dit heureux de la volonté du gouvernement Trudeau d’aller de l’avant. 

« Qu’il l’annonce sur Twitter, par téléphone, par télécopieur ou par courriel, ça n’a pas d’importance, a-t-il réagi. Le moyen n’est pas important, c’est un engagement écrit. La balle est dans son camp. Cela implique aussi qu’il va faire les démarches avec le gouvernement québécois pour le financement. On peut maintenant se tourner vers les échéanciers et les travaux à faire. J’avais prédit que lorsque le gouvernement s’engagerait, cela allait débouler. Ce n’est plus seulement un projet de Lac-Mégantic, c’est maintenant celui des gouvernements. Ça va aller beaucoup plus vite! »