Plusieurs sinistrés sont toujours sans logement à Gatineau.

Tornade à Gatineau: sans toit pendant «des semaines, voire des mois»

Même si la quasi totalité des rues du quartier Mont-Bleu ont été rouvertes à la circulation, lundi, la reconstruction s’annonce longue. Des sinistrés pourraient être privés de leur toit pendant « des semaines, voire des mois », selon le maire de Gatineau, Maxime-Pedneaud-Jobin.

La Ville de Gatineau a indiqué que pour la nuit de dimanche à lundi, 301 personnes ont pu obtenir de l’aide au logement. Près de 250 sinistrés ont été répartis dans six hôtels de la région, tandis que près d’une soixantaine ont passé la nuit au centre communautaire Père-Arthur-Guertin, qui a pris la relève du Cégep de l’Outaouais pour offrir de l’hébergement.

« Mais le problème des chambres d’hôtel reste absolument criant, a confié lundi matin le maire Pedneaud-Jobin, rencontré au centre de sinistrés de la rue Bériault. On ne sait pas combien on va avoir de places pour la nuit [de lundi à mardi] parce que pour beaucoup de chambres, c’était pour une seule nuit. Au moins, ça a donné une pause aux gens, un peu d’intimité et la possibilité de prendre une douche et tout. »

Le maire a fait savoir que la Croix-Rouge multiplie les efforts pour dénicher des chambres d’hôtel, et ce des deux côtés de la rivière des Outaouais. « Tout ce qui est libre, on le prend, la Croix-Rouge travaille très, très fort pour ça », assure-t-il.

La priorité pour l’hébergement à l’hôtel a été donnée aux familles et aux aînés. Le recours à l’hébergement temporaire pourrait durer longtemps dans certains cas, prévient le maire. « La Croix-Rouge planifie des choses à plus long terme, parce qu’il y a des gens qui n’auront pas accès à leur logement pendant des semaines et des mois », a précisé le maire. Les autorités gouvernementales sont également impliquées dans le processus, entre autres pour vérifier si les sinistrés peuvent avoir accès au Programme de supplément au loyer.

Dans le quartier Mont-Bleu, le périmètre désigné comme étant la « zone rouge » a été considérablement réduit. « Les gens ont donc accès à toutes les rues, avec nuance que des fois, on va fermer des rues de façon ponctuelle pour des grosses opérations de construction », a précisé M. Pedneaud-Jobin.

L’accès était en effet restreint dans le bas du Mont-Bleu, durement touché par la tornade de force 3 qui a frappé le quartier vendredi. Les policiers laissaient passer quelques résidents, tandis que défilaient de nombreux camions d’Hydro-Québec ou encore de compagnies d’après sinistre et de construction.

La Ville rappelle aux gens qui circulent dans le secteur qu’ils doivent faire preuve de prudence en raison de la présence de débris sur les terrains.

Une fois que les propriétaires reprennent possession de leurs immeubles, ce sont eux qui en gèrent l’accès pour les résidents. Avec la pluie prévue à partir de mardi, les autorités municipales tentent d’escorter les sinistrés, dans la mesure du possible, pour qu’ils récupèrent des effets personnels avant l’arrivée des intempéries.

Les curieux sont également invités à se tourner vers les médias pour constater l’ampleur des dégâts, au lieu de se rendre sur place.

Par ailleurs, la gouverneure générale du Canada, Julie Payette, est venue rendre visite aux sinistrés gatinois, lundi.

« Nous avons rencontré des gens qui sont nouveau dans le coin et qui n’ont pas de famille à proximité, a indiqué Mme Payette. Pour eux, le stress est très élevé. »

La gouverneure générale s’est cependant dite très fière du travail fait jusqu’à présent pour nettoyer les dégâts et aider les sinistrés.

« Ce que je vois, ici, c’est une organisation exemplaire, a lancé, Mme Payette en mêlée de presse. Même si ça fait déjà quelques jours que la tornade est passée, les gens continuent de s’impliquer. Les gens savent ce qu’ils font et ils travaillent ensemble. »

+

AÎNÉ RETROUVÉ 36H APRÈS LA TORNADE : LA POLICE VÉRIFIE LES FAITS

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) s’affaire à «vérifier les faits» dans le dossier de l’ancien animateur de radio Alain Dexter, retrouvé chez lui dans un immeuble du quartier Mont-Bleu 36 heures après le passage de la tornade de vendredi, a fait savoir lundi le maire Maxime Pedneaud-Jobin. 

«Il faut savoir que ce n’est pas une évacuation forcée, on n’a pas dit à tout le monde ‘sortez’, a indiqué le maire, au lendemain de la découverte du septuagénaire dans son logement. Est-ce que la personne a dit ‘je vais quitter tantôt’? Est-ce qu’il est revenu après? C’est ça qu’on essaye de voir.» Le maire précise que lorsque la famille a fait savoir aux autorités policières que M. Dexter manquait à l’appel, il a été retrouvé peu de temps après dans son logement situé dans « un édifice qui était relativement sécuritaire», dans les circonstances.

+

« SEULEMENT » DEUX BLESSÉS MINEURS À GATINEAU

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais a enregistré « seulement » deux blessés mineurs, dont une fracture, relativement à la tornade qui a frappé la région, vendredi. 

Une quinzaine de personnes en état de choc se sont présentées à l’urgence dans la nuit de vendredi. 

L’équipe d’aide psychosociale est à pied d’œuvre sur le terrain, auprès des sinistrés éprouvés.

Louis-Denis Ebacher, Le Droit

+

LA TORNADE EN CHIFFRES

  • Jusqu’à présent, les autorités municipales ont été en mesure de remettre 205 bâtiments évacués à leurs propriétaires, sur un total de 212 édifices concernés. 
  • En matinée lundi, plus de 2600 abonnés d’Hydro-Québec étaient toujours privés de courant à Gatineau, tandis que Gazifère avait procédé au débranchement de 40 compteurs. 
  • Cinq conteneurs à déchets ont été installés pour déposer des débris verts et des matériaux de construction aux intersections de Deauville/Jumonville, Georges-Bilodeau/Étienne-Brûlé, Georges-Bilodeau/Jumonville, Jumonville/Daniel-Johnson et Jumonville/Tassé.
  • 1379 citoyens sont enregistrés au centre de services aux sinistrés, dont 437 familles
  • En fin de journée lundi, 55 bâtiments étaient sujets à une évaluation extérieure