Le jeune Franco-Ontarien William Burton pense que les communautés francophones hors Québec doivent «faire du bruit pour se faire entendre».

TLMEP: une pétition pour représenter les francophones hors Québec

Un Franco-Ontarien milite pour que le poids des francophones hors Québec soit représenté dans l’émission de télévision Tout le monde en parle (TLMEP). En moins de 24 heures, la pétition mise en ligne par William Burton a recueilli plus de 340 signatures.

L’Ottavien a créé le mouvement #RéveilTLMEP afin de donner une voix aux francophones, mais aussi pour promouvoir la culture francophone à l’extérieur de la Belle Province.

«La pétition c’est symbolique, mais c’est aussi une manière pour que les francophones puissent réagir et s’impliquer. Le mardi, c’est la journée où TLMEP sélectionne les invités pour la semaine à venir. Ce sera le moment de voir si au moins un francophone hors Québec sera invité. Il faut qu’on fasse du bruit pour se faire entendre», explique M. Burton qui suivra les développements de près.

Le passage de Denise Bombardier à l’émission du dimanche soir, le 21 octobre dernier, a suscité de vives réactions au sein de la communauté francophone en milieu minoritaire. 

«À travers le Canada, toutes les communautés francophones ont à peu près disparu», avait déclaré Mme Bombardier.

À la suite de cette déclaration, M. Burton a publié une vidéo sur Facebook pour répondre aux propos de Mme Bombardier. Sa publication a été partagée, entre autres, par Dany Turcotte le «fou du roi» de l’émission TLMEP.

M. Turcotte a d’ailleurs rectifié le tir en ouverture d’émission, le 4 novembre. 

«Il y a 2,7 millions de fiers francophones hors du Québec, alors gardez vos bonnes habitudes, regardez Tout le monde en parle, et parlez français bien sûr», a lancé le fou du roi. 

Le jeune franco-ontarien de 20 ans a accueilli avec fierté les propos tenus par M. Turcotte dimanche soir. Il espère que les bottines suivent les babines.

«C’était une bonne chose de le dire. Il fallait reconnaître les francophones hors Québec parce que ça n’avait pas été fait dans l’émission d’avant, croit-il. Maintenant, il faut voir si ce mot d’ouverture est sincère et va amener quelque chose.»