L’agression s’est produite vendredi soir vers 20h55, sur la rue Arago Ouest, dans le quartier Saint-Sauveur.

Tentative de meurtre par le feu : un suspect arrêté à Drummondville

Le suspect qui aurait mis feu à une femme dans le quartier Saint-Sauveur, à Québec, vendredi soir, a été arrêté à Drummondville par les policiers de la Sûreté du Québec, samedi.

L’homme de 39 ans a été localisé vers 11h35 devant un commerce de restauration rapide sur la rue Girardin, à proximité de l'autoroute 20, à Drummondville. Il a été placé en état d’arrestation pour tentative de meurtre et voies de fait graves. 

Les enquêteurs du SPVQ sont sur les lieux pour interroger le suspect. 

La police a confirmé que l’homme est l’ancien conjoint de la victime. L’agression s’est produite vendredi soir vers 20h55, sur la rue Arago Ouest, près de l’intersection de la rue Montmagny.

+

«Je ne pensais à rien. Je voulais juste aller la secourir», raconte le voisin de la victime, Martin Allard.

«Un cri de mort»

Martin Allard était sur la galerie de l’immeuble voisin, sur la rue Arago Ouest, lorsqu’il a entendu quelqu’un courir rapidement. En sortant sa tête pour comprendre ce qu’il se passait, il a aperçu quelque chose qui brûlait dans la rue. «Je croyais que c’était une torche», raconte-t-il.

Puis, «un cri de mort» s’est échappé des flammes. Il a compris à ce moment qu’une personne était en feu. «Elle semblait sortir de son véhicule, dit-il. Elle était dans le stationnement, juste en face de l’immeuble à logements. Elle a commencé à courir après l’agresseur.»

Il a dévalé les escaliers sans penser attraper de l’eau ou une couverture, dit-il. «Je ne pensais à rien. Je voulais juste aller la secourir.» 

«Son dos et l’arrière de sa tête étaient en feu, explique M. Allard. J’entendais pétiller. Elle sautait sur place. Je lui ai dit : tire-toi à terre ! Tire-toi à terre !» Une forte odeur d'essence s'échappait de la victime. 

Une dame plus âgée qui semblait être la mère de la victime, selon le témoin, criait sur le balcon de l’immeuble. Deux enfants d’environ 6 et 4 ans tiraient sur les vêtements de Martin Allard en pleurant et en criant.

La victime, qui est demeurée debout et consciente, aurait brulé «un bon cinq minutes», selon M. Allard. «Je la voyais faiblir. Elle m’a tendu les mains.» 

«Je lui ai arraché le linge sur le dos, poursuit le résident de la rue d’Arago Ouest. Elle a refusé l’eau ou la couverture amenée par des voisines parce qu’elle avait trop mal. Elle disait : je brûle. Une d’entre elles a éteint les vêtements de la jeune femme sur le bitume. 

La victime a été rapidement prise en charge par les paramédics, puis transportée d’urgence vers un centre hospitalier. Elle a subi d'importantes brûlures, notamment au visage, au dos et aux mains. Elle a été transférée à l’unité des grands brûlés, où elle lutte toujours pour sa vie.